Black Panther 21.05 le dimanche 20 septembre sur France 2.

Le 28 août dernier, Chadwick Boseman a rejoint James Dean dans la légende des acteurs décédés beaucoup trop tôt, laissant derrière eux une maigre (en volume) mais extraordinaire filmographie. À tout jamais, la star terrassée par un cancer restera le roi T’Challa, alias Black Panther, le premier super-héros noir qui a vaincu les préjugés racistes pour faire un malheur au box-office mondial.

Un rôle pour lequel il était prédestiné, tant le destin lui a envoyé des signes en ce sens. Le tout premier lui parvient en 2014, sur le tournage de Gods of Egypt, en Australie. Chadwick Boseman y incarne le dieu Toth. Très vite, il se lie d’amitié avec le garde du corps australien d’un autre comédien, Charles Carter. Le colosse blanc est plus âgé, ne joue pas la comédie, mais il possède une passion pour les arts martiaux et la boxe que partage Chadwick Boseman. Entre deux prises, ils décortiquent les combats de Floyd Mayweather, qu’ils chorégraphient parfois, au grand dam des maquilleuses dont le travail se trouve annihilé par la transpiration.

Un soir, en plein au milieu d’une discussion, Charles Carter dit à son ami : "Je connais le rôle parfait pour toi." Et il s’en va. Avant de revenir avec le tout premier numéro d’un comics qu’il lisait étant enfant, Black Panther. La suite a été racontée par Chadwick Boseman sur le plateau de Live with Kelly and Michael. "Nous n’avons pas vraiment beaucoup parlé de Black Panther, mais il a mis le premier numéro de Black Panther dans ma caravane, son numéro original de Black Panther quand il était enfant, et y a écrit une note pour dire : ‘Vous allez obtenir ce rôle’. Il n’y avait aucun signe que Marvel allait même faire un film Black Panther ou même amener Black Panther dans l’univers Marvel à l’époque, mais c’est devenu une chose qui s’est construite dans ma tête." "C’est un porte-bonheur, tu dois le garder avec toi pour toujours", avait ajouté Carter. "Ne m’oublie pas quand tu seras une superstar."

Quelques mois plus tard, Marvel appelle Boseman en Suisse pour lui proposer le rôle. Alors qu’il se trouvait devant un magasin d’antiquités dont la vitrine était remplie de… panthères. Les choses se sont enchaînées, Chadwick Boseman est devenu une star, et pour la première mondiale du film, il envoya des places à Charles Carter. Ils ignoraient que c’était la dernière fois qu’ils se voyaient, le cancer étant en train de gagner le combat contre le fan de boxe, qui restera à jamais dans la mémoire collective du 7e art.