Qu’elle l’emporte ou pas samedi soir, la jeune femme aura vécu un rêve éveillé.

Sa voix pétille dans le téléphone lorsqu’elle décroche et lance un "allo" des plus accueillants. À l’autre bout du fil, quelques jours après avoir obtenu son ticket pour la finale de The Voice, la plus belle voix, Lucie se sent zen. "Je vais super bien, dit-elle. Je pense qu’à ce stade-là de la compétition, peu importe qu’on parte avec le trophée ou pas. On a déjà tout gagné, on a vécu une expérience incroyable, on a côtoyé des artistes internationaux, qu’on admire. Je me dis que, quoi qu’il arrive, ce n’est que du bonus, maintenant, dans ma vie. Il faut que je profite de chaque instant, et c’est pour ça que je ne me mets pas une pression inutile." Posée et remarquablement mature pour son (jeune) âge - elle a à peine 18 ans - la jeune protégée de Florent Pagny relativise ce qui lui arrive, tout en savourant le moment présent. "Je pense que j’ai pris conscience de l’aventure dans laquelle je me lançais lors des auditions à l’aveugle, quand les quatre se sont retournés", confie-t-elle. "C’était le petit plus. Cette expérience devenait quelque chose de réel. Quand Florent m’a dit que je pouvais peut-être repartir avec le trophée, je l’ai plus pris comme un compliment pour me féliciter d’une belle prestation plutôt qu’une réelle intention. On ne s’imagine pas du tout, quand on passe les auditions à l’aveugle, qu’on peut atteindre la finale. C’est quelque chose qui paraît très lointain."

Et pourtant , aujourd’hui, elle y est. Grâce à son talent, bien sûr, mais grâce aussi aux conseils avisés de son coach, qu’elle a choisi… comme une évidence. "Au moment où ils se sont mis à parler, il y a eu un feeling avec lui, un sentiment de confiance. Et moi, j’ai besoin de me sentir protégée. C’est ce que Florent m’apporte, beaucoup. C’est pour ça que ça marche bien, au sein de notre équipe."

Dans laquelle, au fil de la conversation, on comprend qu’elle inclut également sa maman, son premier soutien. "Elle m’a dit de ne pas oublier que les études, c’est important, et que c’est ce qui me forgera dans la vie. Que c’est ce qui fera de moi une personne qui a assez de recul pour réfléchir et pour affronter le monde de la musique. Mais elle m’a soutenue du début à la fin. Elle sait que c’est ma passion, que c’est une expérience incroyable."

Qui ne prendra pas fin samedi soir, au terme de la finale en direct sur TF1. Puisque dans la foulée de l’émission, Lucie et les autres partiront en tournée. "Je suis très impressionnée", confesse encore la jeune chanteuse. "Pour nous faire une petite surprise, on nous a emmenés, les yeux bandés, voir le Palais des sports, à Paris. 4.500 places, avec une fosse : c’est très impressionnant. En fait, on ne s’en rend pas vraiment compte : on sait qu’on va en tournée mais je pense que la première claque, on va se la prendre à Rennes, sur scène, le 18 juin."

Où elle sera entourée de ses adversaires qui, avec le temps, sont surtout devenus des amis. "On ne ressent vraiment pas l’adversité, en fait. Si Shaby avait remporté le prime la semaine dernière, j’aurais été heureuse pour elle, comme elle m’a sauté dans les bras en coulisses après… On prend nos petits-déjeuners ensemble, on déjeune et on dîne ensemble, on part en tournée ensemble, on est l’hôtel depuis quatre semaines ensemble : on est une famille et on se réjouit pour les autres. Et on est triste quand certains partent."

La tournée The voice fera escale à Forest National, à Bruxelles, le 29 juin. Infos&tickets : 0900/84.900&dans les points de vente habituels.


Ses vacances en Belgique

Quand elle a fui son pays en guerre, le Rwanda, la maman de Lucie a été envoyée en pension en Belgique, avec sa grande sœur. Laquelle vit toujours près de Louvain, où elle a fondé une famille. "La grande sœur de ma maman habite là-bas. Mes cousins les plus proches sont en Belgique. Tous les ans, j’y fête Noël, les réunions de famille l’été, c’est encore en Belgique. C’est un peu ma deuxième maison", sourit-elle. Une raison de plus de se réjouir de monter sur scène dans notre pays, le 29 juin, à Forest National !