Squelette, citrouille et cape de vampire, ce lundi, après deux semaines d’absence, Le Meilleur Pâtissier spécial Halloween compte bien vous faire frissonner de plaisir sur RTL-TVI. Si à la simple évocation du sujet, certains candidats se retrouvent avec des idées plein la tête, pour Margaux, il faut creuser… “Halloween n’est pas la fête qui m’inspire le plus”, dit-elle. Âgée de 19 ans, la benjamine de l’émission, qui est aussi la gagnante d’En route pour le Meilleur Pâtissier (émission qui donne accès au concours de pâtisserie), préfère de loin faire des “gâteaux jolis et girly”, sa marque de fabrique. Le potentiel de la jeune femme originaire d’Aix-en-Provence nous a toutefois surpris à maintes reprises, faisant d’elle une des candidates les plus prometteuses de la saison. Tous les espoirs sont donc permis…

Votre expérience dans "En route pour le meilleur pâtissier" vous a-t-elle permis d'être plus sereine lors des épreuves du "Meilleur pâtissier"?

“Pas vraiment. Le seul avantage d’avoir fait cette autre émission avant, c’est que j’ai pu avoir un aperçu de ce qu’allait être "Le Meilleur Pâtissier". Je connaissais déjà la tente et son agencement. Pour le reste, je suis comme une candidate normale. Je suis très stressée lorsque je pâtisse parce que j’ai toujours l’impression de jouer gros. Et, en plus de ça, je suis très impressionnée par Cyril Lignac et Mercotte que je suis depuis des années.”

N’appréhendiez-vous pas de tomber sur d'autres candidats plus âgés que vous?

“Beaucoup. J’avais peur que la différence d’âge se ressente à l’écran. Mais, au final, je me suis bien entendue avec tout le monde. Et, quand je me regarde, je ne me sens pas différente des autres.”

Quelle est la réalisation qui vous a donné le plus de fil à retordre, jusqu'ici?

“La première épreuve technique qui s’appelait l’EarthCake. J’ai eu un problème avec le four du coup mon gâteau ne tenait pas. Bref, ce n’était pas un bon souvenir… (rires)”

Quand vous êtes-vous découvert une passion pour la pâtisserie?

“Il y a trois ans, ma maman m’a demandé de faire un gâteau pour ses invités. C’est là que j’ai eu un déclic. J’ai commencé à faire des recherches et à mettre la main à la pâte. Depuis, je pâtisse régulièrement. Pendant le confinement, je n’ai pas arrêté !”

Avez-vous l'ambition d'être la prochaine Cyril Lignac?

“Pour le moment, tout est encore un peu flou. Je suis en train de faire ma prépa pour rentrer dans une école de commerce. Plus tard, je m’orienterai peut-être vers la pâtisserie mais plutôt d’un sens communicationnel ou marketing.”