Pour le meilleur (et parfois pour le pire), la troisième saison de la version belge démarre le 3 mars sur RTL-TVi.

Après avoir annoncé une sixième saison d’Expédition Pairi Daiza qui se concentrera sur les actions entreprises par le parc animalier pour la sauvegarde des espèces et le passage en prime time, à partir du 4 mars, du magazine Indices présenté par Julie Denayer, RTL-TVi était fière de présenter hier la troisième saison de Mariés au premier regard. "Nous avons eu plus de 4 000 inscriptions, s’est réjouie Wiet Bruurs, responsable divertissement chez RTL Belgium. Nos participants ont vraiment envie de tenter l’expérience et de se marier. ce n’est plus juste pour l’aventure, ils prennent cela avec de plus en plus de sérieux. " La Belgique compte plus d’un million et demi de célibataires. Parmi ceux-ci, les candidats de cette troisième saison se sont tournés vers la science pour trouver l’âme sœur. Et ce, malgré les polémiques qui entourent le rendez-vous, dont le refus de certains bourgmestres de procéder à l’union des participants.

Côté contenu, rien ne change, les experts sont les mêmes tout comme l’ADN du programme. L’équipe s’est contentée d’affiner ses tests axés sur la compatibilité des compétences conjugales. Elle a aussi rendu visite aux participants à leur domicile, ainsi qu’à leurs familles.

Cette année encore, il n’y aura pas de couples homosexuels ni de trio, trop peu de candidats gays s’étant inscrits pour réaliser des compatibilités. Par contre, des participants des saisons précédentes pourraient faire leur retour !

Contrairement aux candidats français qui empochent 80 euros par jour de tournage, les Belges ne perçoivent rien. "On prend en charge leur union, leur voyage de noces et leur éventuel divorce mais on ne les rémunère pas, assure le producteur Julien Delpire. Ici, tout ce qu’ils ont à gagner, c’est l’amour !"