Dernier héros de cette saison avec Claude, Moussa a également été éliminé, ce vendredi. Tout comme Alexandra sur décision médicale. 

Après autant de souffrances et après avoir perdu autant de kilos, j’étais content de partir. Mais j’aurais quand même aimé remporter l’orientation et faire partie de ceux qui vont sur les poteaux", avoue Moussa, éliminé suite à l’épreuve d’orientation qu’il a perdue. Comment le héros explique-t-il sa défaite ? "Je savais que je devais garder mon calme et que le temps allait jouer en ma défaveur. Au bout de cinq heures de recherches, je n’en pouvais plus. En plus, j’ai lu la carte à l’envers… J’aurais dû être plus performant et concentré."

Moussa, présent en 2003 dans Koh-Lanta : Boca del Toro (saison lors de laquelle il a été jusqu’aux poteaux) et Koh-Lanta : La revanche des héros en 2012, reste cependant positif : "J’ai peut-être raté les épreuves cette saison, mais le titre de champion, personne ne me le retirera !, dit-il. C’est une des plus belles aventures que j’ai vécues. Parce que j’ai pu apporter mon expérience, autant dans la survie que dans les épreuves, à ceux qui n’avaient jamais participé à Koh-Lanta . Chez les Rouges, ils ont tenté d’éliminer les héros tout de suite. Chez les jaunes, non. C’est pour ça que j’ai promis de les emmener le plus loin possible…"

Certains vous reprochent d’avoir trahi les héros. Qu’en pensez-vous ?

"J’ai envie de dire : Qu’auriez-vous fait à ma place ? J’ai une alliance avec les ex-jaunes. Je leur ai promis de les emmener le plus loin possible. La question à se poser est : Est-ce qu’on élimine les gens par affinité ou au mérite ? ’ C’est le grand débat."

Est-ce que le fait de participer à l’aventure en étant papa a changé votre façon de voir les choses ?

"Oui, j’ai démarré l’aventure en étant plus sage, même si j’ai eu quelques réactions déplacées que je regrette. Je suis un petit râleur. Cette fois-ci, j’avais davantage un rôle de grand frère. Avant, j’étais un gamin."

Partant pour une prochaine saison de Koh-Lanta ?

"Cette aventure, je l’ai en moi. Mais, je ne suis pas sûr d’y retourner pour autant. Je n’en ai plus envie pour le moment. J’ai plutôt envie de profiter de ma famille et de me concentrer sur mes autres projets, en tant que réalisateur et producteur de musique. Mon single "L’aventurier" est disponible sur toutes les plateformes. J’ai également eu quelques propositions, notamment dans le secteur de l’animation en télévision."

Victime de plusieurs menaces de mort, Alexandra a porté plainte.

Ce vendredi, les aventuriers de Koh-Lanta s’attaquaient à l’une des épreuves phares du jeu : l’orientation. Cinq candidats pour trois poignards à trouver. Et cette fois-ci, la chance n’était pas avec Alexandra. Épuisée, le coach sportif repart bredouille de l’épreuve tant redoutée et avec l’avis du médecin de se reposer : "J’ai beaucoup maigri alors que je n’étais déjà pas grosse. J’étais affaiblie et la chaleur n’a pas aidé. Mon corps a lâché", explique la femme de 46 ans qui est toutefois "heureuse d’avoir été jusque-là". "La défaite est dure à accepter à ce stade du jeu parce qu’on est proche du but. Mais, je suis contente de mon parcours."

Qu’ont dit vos enfants lorsqu’ils vous ont revue pour la première fois ?

"Quand ils m’ont vu sortir du train avec dix kilos en moins et les traits tirés, ils se sont dits : ‘ C’est mamy qui sort du train ! (rires) ’. Ça a été un choc pour eux. Mais, quand ils regardent Koh-Lanta , le vendredi, je vois de la fierté dans leurs yeux."

Avec votre famille, vous avez été victimes de menaces de mort suite à votre participation à l’émission. Comment avez-vous vécu cela ?

"J’ai très mal vécu cette méchanceté extrême. Je suis passée du rêve au cauchemar. Je n’arrivais plus à dormir. Mon comportement ne justifiait pas ces menaces. J’ai porté plainte au commissariat et la production m’a soutenue. Je pense que pendant le confinement, les gens n’avaient que ça à faire. Mais bon, ça reste une minorité. J’ai expliqué ce qu’il se passait à mes enfants. Les plus grands m’ont réconfortée en me disant qu’ils savaient qui j’étais vraiment. Ce qui m’a choquée, c’est qu’ils ont l’habitude de lire ce genre de propos violents sur les réseaux sociaux. Pour eux, c’est normal alors que nous, adultes, on trouve ça grave."

Si c’était à refaire, vous referiez Koh-Lanta ?

"Il y a trois semaines, je vous aurais dit non. Il y a des hauts et des bas. Parfois, j’ai envie d’y retourner, parfois pas."

En tant que coach sportif, vous avez dû arrêter temporairement vos activités pendant le confinement. Comment avez-vous vécu cette période ?

"Je faisais des vidéos chez moi que je mettais en ligne sur Instagram. Ça m’a permis de continuer à faire du sport et de garder contact avec tout le monde. Normalement, ma salle devrait rouvrir la semaine prochaine."