Télévision Stéphane Steeman nous parle avec fierté et émotion de sa fille qu'il a perdue il y a quelques jours

BRUXELLES Il a souhaité réagir à notre article paru dans la DH jeudi dernier. Stéphane Steeman nous raconte donc sa fille, Muriel." Elle a joué plus de 50 rôles dans sa carrière et sans doute a-t-elle hérité de l'amour des lettres de son grand-père Stanislas -André Steeman (auteur notamment de L' assassin habite au 21) et de la passion du théâtre grâce à sa tante Christiane Lenain (célèbre comédienne de théâtre belge, NdlR)".

Le talent serait-il donc héréditaire dans la famille Steeman ?" Humblement je vous dirai : je ne sais pas. Muriel avait une nature comique, spontanée et comme sa tante terriblement sympathique donc très aimée du public. Muriel a entamé sa carrière sur les planches grâce à son oncle Jean-Pierre Rey directeur du théâtre Royal des Galeries en 1978, elle n'avait alors que 19 ans. Il va de soi que j'allais l'applaudir chaque fois qu'elle jouait et j'en étais très fier. Pensez... un papa écrivain, une belle-soeur comédienne et maintenant une fille qui allait le devenir..."

Il poursuit... "Hélas elle fut toujours sujette à de nombreuses angoisses. Elle pouvait être joyeuse mais pas longtemps. Elle n'arrivait pas vraiment à profiter de la vie. Elle était atteinte d'une hépatite. Elle est partie alors qu'elle n'avait que 47 ans. Comme l'a dit mon ami Tibet : perdre une fille, une soeur, une femme c'est devoir supporter l'insupportable".

Dans cette épreuve difficile, Stéphane Steeman est accompagné de son autre fille Nathalie et de son épouse Régine." Heureusement. Une petite anecdote en passant. Régine était la grande amie de ma fille Muriel elles jouaient ensemble au théâtre quand j'ai rencontré ma future épouse. Ma fille n'était pas très heureuse et me disait" c'est MA copine !".

Ce que Stéphane gardera toujours en mémoire, ce sont les fous rires qu'ils ont eus, lui et Muriel sur les planches." Dans La Revue par exemple, dans un sketch elle jouait Sainte-Gudule et moi Saint-Michel... Ah les fous rires de Muriel ! Son rire était adorable et gagnait rapidement le public." Et quand Stéphane Steeman n'était pas à ses côtés sur les planches, bien sûr elle le regardait à la télévision dans son costume de Madame Gertrude. D'ailleurs, son petit-fils Bernard Perpète, "elle l'aimait comme un frère. Aujourd'hui je suis doublement malheureux. Je ressens un grand vide", confie-t-il. Il nous parle aussi de la complicité qu'il partageait avec Muriel : "je lui donnais des conseils mais elle les suivait rarement. La dernière fois qu'elle a joué sur scène, c'était en 1997".

Aujourd'hui, Stéphane ne sait pas encore s'il va remonter sur scène. "Après mes deux livres, je me produis plus rarement sur scène. Je n'ai plus envie de jouer des one-man-show. Les sujets aujourd'hui en Belgique ne m'inspirent pas, ils ne prêtent plus à rire. Et enfin... 55 ans de carrière, ce n'est déjà pas si mal, non ? D'autant plus que je suis toujours Président des Amis de Hergé et que cela me demande beaucoup de travail. Quant au grand - père de Muriel, je veux lui consacrer une exposition pour son centenaire en 2008 comme je l'ai déjà fait à Liège il y a 2 ans. Je ne parviens pas à rester inactif..."



© La Dernière Heure 2007