Le nouveau rendez-vous médical de TF1 relate l’histoire du Dr Eric Manheimer.

Les séries médicales, c’est du vu et revu mais… ça marche ! Après Urgences, Grey’s Anatomy, Dr House ou encore Good Doctor (pour ne citer qu’elles), on se retrouve face à New Amsterdam, une série qui ne casse pas les codes mais nous fait quand même tomber dans le panneau avec ses histoires à l’eau de rose et ses pratiques médicales toujours de plus en plus rares et spectaculaires.

Le pitch est le suivant : Max Goodwin, nouveau directeur de l’hôpital New Amsterdam fait son entrée et décide de procéder à quelques petits changements qui pourront, il l’espère, sortir l’établissement des problèmes financiers. Ce n’est toutefois pas le seul combat que le nouveau venu va devoir mener de front. Atteint d’un cancer, il devra à la fois se soigner et faire régner l’ordre dans son nouveau lieu de travail.

Ce qui distingue cette série des autres du même genre ? Elle est tirée d’une histoire vraie, celle du médecin et producteur de la série, Eric Manheimer, ancien directeur de l’hôpital Bellevue à New York pendant quinze ans, l’un des plus anciens de l’État, et auteur de Douze patients : la vie et la mort à l’Hôpital Bellevue, un livre autobiographique dans lequel il relate son quotidien professionnel et les difficultés auxquelles la société américaine doit faire face lorsqu’il s’agit des soins de santé. "Les patients de cet hôpital proviennent de toutes les ethnies, ‘classes sociales’, nationalités et tranches d’âge. Ce qu’on voulait montrer, c’est l’humanité que toutes ces personnes ont en commun", explique Ryan Eggold (Blacklist), interprète du charmant directeur pour qui tout reste à prouver.