Treehouse of Horror XXXI, tel est le titre de cet épisode des Simpsons -saison 32, épisode 4- diffusé dans le cadre d'Halloween sur la Fox aux USA. La célèbre série animée créée par Matt Groening et qui met Homer en vedette a ainsi dressé une liste non exhaustive des 50 pires décisions prises pendant la présidence de Donald Trump ( Variety avait révélé les images en primeur il y a quelques jours). A commencer par " A rendu acceptable le fait de tirer sur des ours polaires." Mais aussi : "A voulu être sur le Mont Rushmore." Ou encore: "A mis des enfants en cages"; "A appelé les suprémacistes blancs des 'gens bien'" et "a corrompu le Congrès". Sans oublier: "A dit d'avaler de l'eau de Javel"; "a traité les Mexicains de ‘violeurs’ " et "a détruit la démocratie".

Les producteurs du show, ouvertement anti-Trump, ont prévenu que si Donald devait être réélu à la Maison Blanche pour un second mandat, les choses iraient très mal et même très vite. Voici les "50 raisons pour lesquelles réélire Donald Trump serait terrifiant". Dans cet épisode, on voit Homer Simpson dans un isoloir, ne sachant pas pour qui voter. Lisa fait alors irruption et lance à son père "Papa, comment as-tu pu oublier tout ce qui s'est passé ces quatre dernières années!" De quoi faire frissonner notre Homer Simpson.

"Nous n'avons même pas prévu le pire!"

Habitués à prédire les événements dans leur sitcom (Trump mais aussi la victoire américaine au curling devant la Suède aux jeux olympiques), les scénaristes avaient regretté d'avoir eu raison. Il l'avaient même déclaré dans la séquence pré-générique d'un épisode, le 14 novembre 2016 (peu après l'élection de l'homme d'affaires républicain), faisant ainsi écrire à Bart Simpson cette punition au tableau: "Being right sucks" ("C'est nul d'avoir raison").

Dans la suite de ce Treehouse of Horror XXXI, Homer débute un rêve durant lequel on aperçoit le président mettant des enfants en cage, ne payant que 750 $ d’impôts ou encore retirant les États-Unis de l’accord sur le climat. Le flash-back se termine par : "Et nous n’avons même pas dit le pire!"

Homer se décide donc à aller voter pour le candidat démocrate Joe Biden sauf que... tout cela n’était en fait qu’un rêve et l’électeur n’a jamais été voter. Pire, son vote est même celui qui a manqué pour élire le rival de Donald Trump. Le final se joue sur un plan du père de Bart, assis sur son toit et vêtu d’un gilet pare-balles fait d’ustensiles de cuisine. Avec, en image de fond, Springfield ayant sombré dans l’apocalypse parce que le "mauvais" candidat a été élu. Bref, tout un programme apocalyptique imagé par les Simpsons. Et c'est toute une nation, si pas le monde, qui retient son souffle pour que ce scénario ne se réalise pas...