Olivier Minne déborde de projets, avec une biographie de Louis Jourdan, Fort Boyard et des nouveaux jeux.

Costume-cravate, barbe soignée, coupe impeccable, Olivier Minne, c’est l’élégance XXL (il mesure 1,91 m, tout de même) qui débarque à La DH pour présenter une biographie de Louis Jourdan, Le dernier french lover d’Hollywood (en vente le 16 février). Un séducteur avec lequel les points communs ne manquent pas. "Il n’y a que les caissières du supermarché de Los Angeles où je vais faire mes courses qui y pensent peut-être, parce que je ne fais pas carrière là-bas" , lâche-t-il en riant. "J’y vis pour réfléchir à d’autres choses et m’imprégner d’une culture très différente, même si les Américains tentent de faire croire par leurs séries qu’ils sont comme nous."

À l’écouter, volubile, placer des petites pointes d’humour, l’envie de retourner un sablier se fait pressante. Comme dans Fort Boyard"C’est comme ça depuis 15 ans : je n’ai jamais la confirmation définitive qu’au mois de mars. Mais de ce qui me revient, je devrais a priori présenter ma 15e édition de Fort Boyard. J’y prends toujours énormément de plaisir. C’est un programme tellement surprenant et surréaliste. Déjà à fabriquer, puisqu’on prend le bateau le matin pour rejoindre le lieu de tournage, un monument planté au milieu de la mer. Tout est réuni pour vivre un moment particulier et je n’en suis pas blasé."

À cette expérience devrait s’ajouter une nouveauté mêlant vocabulaire, mime et humour, Tout le monde a son mot à dire. "Nagui a parlé d’un retour probable sur les antennes de France 2. Il n’y a pas encore eu de confirmation définitive pour ce jeu, mais c’est certain que cela fait partie des options envisagées par la chaîne. Je pense qu’on aura un feu vert définitif fin de cette semaine ou début de la suivante."

Même s’il reste prudent, l’optimisme est donc de mise. Plus que pour 5 Golden Rings, dont il a tourné le pilote. "C’est un jeu qui existe en Hollande. France 2, pour le moment, envisage peut-être une mise à l’antenne, mais plus tard. Après l’été ou l’an prochain. Le temps télévisuel n’est pas toujours le temps humain (rire)."

À ce propos, son 50e anniversaire (le 18 mars) approche à grand pas… "Je vous remercie de me le rappeler (rire). Cela me surprend. Je ne sais pas s’il faut fêter ça. J’aurais sans doute ri si on m’avait dit que j’y arriverais. Dans les faits, je n’ai pas du tout le sentiment d’avoir 50 berges. Cela me perturbe de me rapprocher de la porte de sortie mais en même temps, je prends la mesure du parcours effectué, de mes manquements et des défis qui restent à relever… si j’en ai l’envie, le courage ou l’opportunité. 50 ans, je les aborde plutôt sereinement… comme je peux (rire)."