Télévision

"La carte de mon restaurant, La Guinguette en ville, est relativement classique", explique Paul Delrez. 

Deux entrées et quatre plats qui restent systématiquement et qui sont de la cuisine de brasserie comme des croquettes de crevettes, de fromage ; un filet pur de bœuf, un filet pur de cheval, un américain et des rougets comme poisson. Car j’ai des gens qui viennent juste pour manger ça et, tous les mois, je change ma carte de droite. C’est là que je m’amuse et que mon instinct de cuisinier se met en route. J’adore la cuisine bruxelloise même si j’ai appris les bases de la Française. J’essaye toujours de garder une touche classique en revisitant des plats bruxellois. J’adore la cuisine méditerranéenne, par exemple. Je peux faire ce que je veux, je n’ai pas de restrictions. C’est l’avantage d’être son propre chef (sourire) !"

Candidat belge de la saison anniversaire - la 10e ! - de Top chef, le jeune homme de 28 ans a été éliminé dès la première émission. Mais Paul Delrez a tout de même vu une différence depuis sa participation au début de cette année. "Mon restaurant est très petit, il fait 28 couverts et il était déjà complet tous les soirs avant. Mais, clairement, même si je n’ai pas été brillant dans Top chef , des gens viennent me voir parce que j’ai fait l’émission. Sans Top chef , je n’aurais jamais pu mettre un pied dans ce genre d’émission chez RTL non plus. Même si ce n’est pas mon métier à la base et je n’aurais jamais pensé faire ça non plus avec mon métier."

Candidat malheureux, Paul Delrez n’est toutefois pas déçu par son parcours, même après coup. "Je n’ai jamais vraiment été déçu car dans chaque émission, il y a des gagnants et des perdants. Et je crois que je n’ai pas été à la hauteur. C’est juste frustrant car on sait ce qu’on est, ce qu’on vaut, mais Top chef est surtout un rêve pour la plupart des cuisiniers. Je n’avais jamais fait de concours car cela ne m’intéressait pas vraiment. J’étais juste arrivé à un point où j’avais revendu un de mes restaurants dans lesquels je ne cuisinais même plus et on m’a proposé ça, j’ai dit pourquoi pas. Ça a été très vite ! Je n’ai pas réalisé l’ampleur que cela avait d’y participer… Des marques m’approchent aussi aujourd’hui pour faire la promotion de leur truc. Après, je suis très nul là-dedans et tout ce qui est réseaux sociaux."

Paul Delrez ne serait toutefois pas contre de retenter l’expérience du célèbre concours culinaire. "Oui car maintenant, je sais ce que c’est. Et je ne le ferais pas du tout pour la notoriété d’après. Quand je vois Damien (candidat aussi de la saison 10, NdlR) aujourd’hui, il ne peut plus marcher dans la rue sans se faire harceler. Tous les candidats, c’est leur rêve, ils se font même coacher par les gros étoilés pour arriver à leurs fins. Moi, je prends un peu tout à la légère car je suis comme ça. Ce qui peut faire ma force ou me désavantager dans plein de domaines. Mais c’est aussi ma manière de cuisiner !"