Stéphane Pauwels nous explique avec émotion sa rencontre avec Charles Aznavour.

Cette cinquième saison des Orages de la vie commence fort pour Stéphane Pauwels qui a eu le privilège de passer deux jours en compagnie de Monsieur Charles Aznavour en personne pour les besoins du magazine de RTL-TVi. Une rencontre dans la région d’Arles que l’animateur de la chaîne privée n’oubliera pas de sitôt. "Ça a été un moment magique, explique Stéphane Pauwels. Je me rends vraiment compte que je fais un métier magnifique. Si on m’avait dit, il y a vingt ans, moi qui chantais les chansons d’Aznavour au karaoké, que j’allais l’interviewer et manger à sa table, je ne l’aurais jamais cru. C’est un moment de ma carrière que je n’oublierai jamais."

Ça faisait longtemps que vous souhaitiez rencontrer Charles Aznavour pour Les Orages de la vie ?

"Ça fait plus ou moins un an qu’on essaye de l’avoir. Et on l’a eu dans des conditions exceptionnelles. Ce n’était pas une petite interview de vingt minutes. C’était vivre avec lui pendant deux jours ! Vous vous imaginez ? Il nous a ouvert les portes de sa maison. On pouvait s’y balader comme si on était chez nous. Il m’a proposé de monter avec lui dans sa voiturette pour aller voir ses oliviers et, par la même occasion, me faire goûter son huile d’olive. Mon producteur et moi avons également eu le privilège de boire, avec lui, du vin provenant de sa cave."

L’image que vous vous faisiez de lui a-t-elle été confortée ?

"On me l’avait fait passer pour un homme dur et sévère, qui n’était pas facile en interview. Et bien, ça a été tout le contraire ! Il a beaucoup d’humour et on a vraiment été comme des copains toute la journée. Il a été d’une gentillesse et d’une élégance exceptionnelle. Et surtout, il a la pêche pour un homme de son âge. Il est au courant de tout, il regarde toutes les émissions culturelles et tous les débats politiques. Il est sur la balle !""

Quelle est l’anecdote qui vous a le plus marqué ?

"Il m’en a raconté plusieurs sur la Belgique. C’est, par exemple, chez nous, qu’il a pris la décision d’arrêter de boire. Il m’a également expliqué qu’Edith Piaf lui avait payé son nez ! Elle lui a dit qu’il ne pourrait pas faire carrière avec un nez comme ça. Il a beaucoup souffert dans le passé. On lui a souvent dit qu’il était trop petit et moche, qu’il ne fallait pas qu’il chante parce qu’il n’avait pas de voix, etc. Il s’est battu pour arriver là, il n’a rien lâché."

Les Orages de la vie entament leur cinquième saison. Comment expliquez-vous le succès de l’émission ?

"Je pense que les gens s’y retrouvent. Ils se sentent moins seuls et se disent : "Il n’y a pas que nous." Je dis toujours que je n’appellerai pas l’émission les Orages de la vie mais plutôt les Embellis de la vie parce qu’on termine toujours sur une note positive, même quand c’est dur. On voit ça avec Ghislain Wattrelos qui ne baisse pas les bras pour montrer à son fils que la vie continue. Quelque part, le malheur des autres rassure. On se dit qu’il faut minimiser nos problèmes parce que certains ont pire que nous. Il y a beaucoup de simplicité et d’authenticité dans cette émission. On n’est pas dans du voyeurisme. Les deux sujets vont d’ailleurs bien ensemble. L’un est une icône de la chanson française et l’autre est un homme passionnant et touchant."