C’est peut-être un détail pour le grand public mais la chose n’a pas échappé aux journalistes : ce n’est pas un journaliste du service public qui a interviewé Roberto Martinez après la victoire des Diables face à la Russie mais Philippe Albert. Un choix étonnant pour certains qui en sont venus à s’interroger sur la connaissance de l’anglais par les journalistes de la RTBF. Contacté, le chef du service des sports Benoît Delhauteur, a balayé l’insinuation d’un revers de main : "Tous ceux qui suivent les Diables parlent anglais."

L’idée est d’obtenir autre chose de la part du coach de l’équipe nationale lors des interviews. "En tant qu’ancien, un consultant va avoir autre chose de la part d’un entraîneur parce que la relation est différente. Tous les médias le font, y compris La DH. Roberto Martinez maîtrise très bien sa communication, ça change le ton de l’interview. J’ai trouvé cela intéressant d’avoir quelque chose de différent." Et l’exercice est appelé à être renouvelé, confie-t-il.

Si dans le plan de base de la RTBF Philippe Albert devait seulement couvrir les matchs des Diables, son rôle a pris de l’envergure. "Nous avons convenu avec lui qu’avec son œil de consultant, il était plus pertinent qu’il soit aussi présent lors de chaque entraînement à Tubize et lors des conférences de presse pour donner son analyse."