Depuis bientôt trois ans, Place Royale n’est plus diffusé de façon hebdomadaire sur RTL-TVI. Le magazine des têtes couronnées de RTL-TVI n’apparaissait plus que de façon événementielle sur le petit écran jusqu’à disparaître totalement de l’antenne, il y a deux ans. Et cela au grand dam de Thomas de Bergeyck, son présentateur vedette qui espère depuis lors le retour de son émission fétiche. L’été dernier, celle-ci a réussi à renaître de ses cendres, à la radio toutefois, sur Bel RTL. La télé, elle, devait encore attendre… jusqu’à aujourd’hui !

En effet, selon les informations de nos confrères de SudPresse, que RTL Belgium nous a confirmé, le magazine fera bien son grand retour sur RTL-TVI prochainement. Thomas de Bergeyck n’y partagera plus la présentation avec Emilie Dupuis mais avec Laura Beyne, speakerine de la chaîne privée qui a récemment fait ses premiers pas aux commandes d’une émission dans Whitney Houston : Le destin brisé d’une diva et dans Céline : Ma vie sans René. De son côté, Emilie Dupuis est en train de préparer le retour à l’antenne de Police de la route, émission précédemment présentée par Stéphane Pauwels.

Place Royale reviendra-t-elle de façon hebdomadaire comme à la grande époque ? Pour le moment, rien n’est encore décidé, nous dit-on. Selon nos confrères, celle-ci serait plus susceptible de revenir sous forme événementielle, à l’occasion d’un mariage princier ou autre. Une actualité qui était, depuis la disparition de l’émission, couverte dans le cadre RTL Info.

En 27 ans d’existence, Place Royale n’a cessé d’évoluer. Lancé en 1994 avec Anne Quevrin à la présentation, le magazine a longtemps été le rendez-vous du samedi soir des téléspectateurs de RTL-TVI. Après le licenciement de la journaliste en 2010, Thomas de Bergeyck, qui travaillait déjà pour l’émission, lui a succédé à la présentation. Tout d’abord seul et, six ans plus tard, aux côtés d’Emilie Dupuis. Le duo a ensuite été rejoint par Lufy, youtubeuse belge dont le rôle était de donner les “top” et les “flops” des tenues portées par les royautés. Un vent de fraîcheur qui n’a finalement pas porté ses fruits pour maintenir le programme à l’antenne.