Les abonnés à Netflix ne mettront pas longtemps à trouver leurs marques sur la nouvelle plateforme de Disney +. Tant les points communs sont nombreux. La principale différence résidant dans le fait que les suggestions défilent sur la gauche sur le géant du streaming, tandis qu’elles apparaissent sous forme de petites affiches juste en dessous du logo des cinq grandes marques (Disney, Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic, donc pas la Fox…) mises en valeur sur le site aux grandes oreilles rondes.

Pour le reste, c’est très proche, avec des petites plaquettes rangées dans une multitude de catégories (nouveautés, animation, classiques réinventés, favoris de Disney Channel, grands succès, originals, tendances, collections, succès de Disney Junior, Univers Marvel, films nostalgiques, ultra HD et HDR, etc.). Clair, simple, efficace.

Deux sections méritent quand même d’être mises en avant. Tout d’abord, la “Célébration des héros de la communauté noire”, qui s’inscrit dans la logique du mouvement Black Lives Matter. Une bonne manière de mettre la diversité en valeur. L’autre originalité, plus pratico-pratique, consiste à regrouper tous les programmes en attente sous la bannière “Poursuivre la lecture”. Pas besoin de chercher bien loin, donc, pour visionner la suite de la fiction qu’on a dû interrompre. A chaque fois, en dessous des fiches, se trouve le temps de visionnage restant, histoire de savoir si on a le temps de terminer ce qu'on a commencé ou pas.

Au rayon des fonctionnalités intéressantes, signalons aussi l'onglet "Ma liste". Lorsqu'après avoir lu la description d'une fiction, l'envie de la regarder plus tard se fait sentir, il suffit de cliquer sur le bouton "+" et elle s’intègre dans le fameux onglet, tout en tête de page d'accueil. Facile de faire ainsi son shopping à l'avance, sans parcourir systématiquement toutes les propositions.

© Disney

Parmi les options sympas, signalons aussi une touche “passer l’intro” qui zappe le générique (pratique pour les sagas) ou l’enchaînement automatique des épisodes. Mais aussi les bonus, qui permettent, par exemple, de profiter des scènes coupées au montage. Enfin, à côté de chaque fiche (résumée ou plus détaillée) se trouve un petit logo indiquant à partir de quel âge le programme est conseillé. Pour les parents de jeunes (qui peuvent limiter les accès en fonction de ces critères) au moment de la création des profils), c'est assez pratique, même si la politique maison veut que l'immense majorité de la production soit destinée aux familles.

Enfin, et ceci devrait intéresser plus d'un navetteur, Disney + offre la possibilité de télécharger de manière illimitée les programmes disponibles, histoire de pouvoir les visionner tranquillement même sans Wi-Fi. Avec même la possibilité de déterminer la qualité du téléchargement (normale, moyenne ou élevée). Inutile de se frotter les mains pour les pirates en herbe: tout cela ne sera visible que depuis les applications de la plateforme. Et en cas de non connexion à Internet durant 30 jours, les fichiers seront automatiquement effacés.

Cerise sur le gâteau : sept profils peuvent être générés (pour quatre visions simultanées) avec des avatars de tous les héros Disney. Autant dire que les discussions vont être animées dès la création des comptes.