Télévision Un épisode sur la gestation pour autrui a provoqué la colère des associations féministes.

Habituée à traiter des sujets de société (de l’homosexualité ou du handicap), Plus belle la vie s’intéresse pour le moment à la GPA (gestation pour autrui). Au cœur de cette nouvelle intrigue, on retrouve Céline Frémont, interprétée par Rebecca Hampton. N’arrivant pas à avoir d’enfant, son personnage confie à une amie avoir fait appel à une mère porteuse britannique et à un donneur de sperme anonyme. Son amie lui rappelle que la gestation pour autrui est interdite en France. Mais Céline, déterminée, se tourne vers un médecin favorable à la GPA.

Cet épisode a fait réagir les associations féministes. Celles-ci reprochent à la production du feuilleton de France 3 de légitimer la gestation pour autrui sur le petit écran alors que la pratique est interdite en France. Plusieurs d’entre elles ont saisi le CSA afin de demander qu’un épisode de Plus belle la vie explique que la GPA est interdite dans l’Hexagone et les raisons de cette interdiction.

Parmi les associations à crier leur mécontentement, on retrouve L’Amicale du nid. Cette dernière juge que la séquence parlant de la GPA présenterait "un trafic de femmes et un trafic d’enfants, car il y a de l’argent en jeu", déclare Marie-Hélène Franjou, présidente du mouvement, à France Inter. Réunies dans une coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution, ces associations regrettent, dans un communiqué, le "parti pris" de la production de Plus belle la vie concernant la GPA. Selon elles, celle-ci vise à rendre " accepta ble" une pratique d’exploitation du corps des femmes, interdite en France et dans la plupart des pays européens.

La production répond aux critiques

Face à la polémique, Sébastien Charbit, le producteur de la série, s’est exprimé via l’AFP. "On ne fait jamais de propagande. On ne fait que poser des questions qui animent la société, dit-il. On va poser la question de la marchandisation du corps, à laquelle on est très sensibles. L’histoire va se dérouler sur quatre semaines avec plusieurs points de vue, comme toujours dans Plus belle la vie ."