La Nivelloise rejoint Pholien, autre Belge de la saison, dans l’équipe des Nacomo.

Ce vendredi, le coup d’envoi de Koh-Lanta, l’île des héros a été donné sur TF1. Malheureusement pour Claudia, l’aventure ne fut que de courte durée. Suite à une blessure à la cheville, la jeune femme est contrainte de faire ses valises. Pour la remplacer, Marie, une coach sportive nivelloise de 37 ans, arrive dans la tribu Nacomo, là où se trouve déjà Pholien, autre Belge de la saison. "Je ne m’attendais pas à rejoindre les aventuriers. Mais, je l’espérais très fort. J’ai eu un sérieux coup de pot", explique Marie qui était "déjà conditionnée à une éventuelle entrée".

Appréhendiez-vous votre arrivée dans une équipe déjà en place ?

"Énormément, parce que je n’ai pas vécu le début de l’aventure à leurs côtés. J’ai déjà eu un aperçu de la tribu au conseil. J’ai vu qu’il y avait des amitiés qui s’étaient créées et des tensions qui s’étaient amplifiées. J’ai découvert que mon compatriote, Pholien, était assez chouette. Par contre, j’ai eu quelques appréhensions concernant Delphine… J’ai tout de suite remarqué que c’était une femme de caractère, comme moi."

Quel est votre objectif en arrivant dans Koh-Lanta ?

"Je suis une très grande compétitrice. J’ai voulu participer à Koh-Lanta pour explorer mes compétences personnelles. Je veux aller le plus loin possible et voir comment je vais tenir. Je veux donc en profiter un maximum."

Avez-vous une âme de leader ?

"Oui, depuis toujours, que ce soit au travail ou en amitié. Je suis souvent celle qui fait retomber l’animosité."

Quelle est votre force, selon vous ?

"Je mise à fond sur mon côté sportif. Je suis dans le fitness depuis plus de 15 ans. C’est ma passion. J’espère que ça payera."

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à vivre pour vous ?

"De partir en laissant mes filles de 7 et 10 ans. J’ai l’habitude de faire beaucoup de choses sans mes filles parce que je veux qu’elles apprennent à se débrouiller sans moi. Mais, c’est vrai que c’est dur."

Les aventuriers de Koh-Lanta sont souvent la cible de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Est-ce quelque chose que vous redoutez ?

"Malheureusement, mes coéquipiers sont déjà assaillis de commentaires super nuls. Je comptais d’ailleurs faire une vidéo à ce sujet pour dire à ceux qui me soutiennent d’arrêter les critiques. Il faut garder en tête que Koh-Lanta est un jeu et pas la vraie vie. Personnellement, les critiques ne m’atteignent pas. Je sais qui je suis. Ça me fait toutefois peur pour ma fille de 10 ans qui pourrait tomber dessus et ne pas comprendre."

Avez-vous échangé avec d’anciens participants à Koh-Lanta avant de poser votre candidature ?

"J’en connaissais pas mal parce que j’habite tout près de chez Xavier et d’une autre candidate avec qui j’ai travaillé dans le monde de la nuit. Mais, je n’ai pas souhaité les rencontrer avant de partir à l’aventure. Tout simplement parce que je ne voulais pas qu’on me briefe. Je voulais rester sur mes idées."

Quel est, selon vous, l’aventurier de votre équipe qui a le plus de chances de tirer son épingle du jeu ?

"Pholien. Et, je ne dis pas ça parce qu’il est belge. Je trouve que c’est un candidat complet. C’est un athlète beau gosse qui est plutôt sympa. C’est quelqu’un en qui je crois énormément. Dans l’autre équipe, je miserais plutôt sur Nawal qui est une personne extraordinaire."