Un candidat et son employeur ont été visés.

Koh-Lanta continue de caracoler en tête des audiences télé en France. Avec près de 6,6 millions de téléspectateurs, le jeu d’aventure de TF1 reste l’incontestable leader des soirées du vendredi même s’ils étaient un peu moins nombreux que la semaine précédente devant leur écran.

Cependant, ce qui a retenu l’attention de l’épisode diffusé à la fin de la semaine dernière, c’est avant tout la haine et la violence exprimée par certains aficionados à l’encontre d’un candidat. Accusé d’avoir retourné sa veste et conduit à l’élimination d’une autre candidate, Jessica, Régis a fait l’objet de nombreuses insultes et menaces sur les réseaux sociaux. Pire, même son employeur, l’enseigne Go Sport, a été pris pour cible, obligeant la société à réagir durant le week-end et à préciser que l’intéressé ne fait plus partie de ses équipes depuis plusieurs mois.

La semaine précédente, des menaces de mort avaient été proférées suite à l’élimination d’un autre aventurier, Sam. Là aussi, c’est Régis qui était visé. "J’espère que tes enfants vont mourir", "Je vais te trouver et tuer tes filles", pouvait-on lire, tandis que d’autres menaçaient une autre candidate de viol. L’affaire a été prise très au sérieux par Denis Brogniart qui a recadré les téléspectateurs. APL, la société de production de l’émission, a quant à elle, décidé de porter plainte devant la justice avançant que les faits sont passibles de trois ans de prison et de 45 000 euros d’amende.