Ce n’est pas un secret, même si elle compte de nombreux fans du côté francophone, son succès, Sandra Kim l’a savouré principalement en Flandre. La chanteuse met d’ailleurs un point d’honneur à tout faire en deux langues, il suffit de parcours sa page Facebook pour s’en apercevoir. Est-ce que ce succès dans l’émission de VTM est de nature à lui permettre d’enfin s’imposer du côté francophone ? “Ce serait bien dommage que les Wallons aient attendu que je remporte The Masked Singer pour se rendre compte de ma façon de chanter”, répond-elle du tac au tac.

“J’ai toujours chanté de la sorte mais une certaine presse m’a toujours mise de côté. En Wallonie, on préfère les chanteurs qui ont moins de succès que ceux qui en ont. Et on regarde toujours plus ce qui se passe en France que chez nous. On apprécie les chanteurs francophones qui viennent par la France”, déplore-t-elle en soulignant le caractère plus chauvin qui anime la Flandre. “Je trouve cela formidable parce qu’ils défendent le pays, leur langue. Peut-être que cela va changer, du côté francophone”, lance-t-elle avec un sourire en coin dans la voix.

Serait-elle tentée par un fauteuil de coach dans The Voice version RTBF ? “La productrice n’a jamais daigné ne serait-ce que me demander si j’étais intéressée, dit-elle. Ça m’attriste mais je ne suis pas rancunière. Cette étiquette Eurovision et mon côté très populaire joue ont peut-être joué en ma défaveur. Je peux comprendre que cela fasse daté et qu’ils cherchent plus jeune. Mais quand Lio s’installe dans un fauteuil, on ne peut pas dire qu’elle soit super jeune… Ce choix m’avait quelque peu étonné. Je n’ai pas été vexée mais plutôt contrariée de ne jamais avoir été sollicitée. Et si on me le propose maintenant, je ne sais pas ce que je ferais. Peut-être qu’aujourd’hui, je réfléchirai…”