Télévision

En Belgique depuis 5 ans, le Français Sidoine se présentera devant les coachs du télécrochet ce samedi soir sur TF1.

Les plateaux de télévision n'ont (presque) plus de secrets pour Sidoine. Après avoir tenté sa chance à la Star Academy, télécrochet dont il a atteint les demi-finales, ce Français de 31 ans s'attaque à The Voice, la plus belle voix.

Ce samedi, le jeune homme mettra les petits plats dans les grands pour impressionner le jury de l'émission composé de Jenifer, Julien Clerc, Soprano et Mika. Il en profitera pour y défendre nos couleurs puisqu'il vit en Belgique, et plus particulièrement à Bruxelles, depuis cinq ans. "Mon passage à la Star Academy m'a permis de faire un album chez Universal. Il y a quatre ans, je suis donc venu dans les studios de l'ICP pour l'enregistrer et, par la force des choses, je suis venu vivre en Belgique. Malheureusement, celui-ci n'a jamais vu le jour. J'ai décidé de tout abandonner", explique Sidoine. Son passage en Belgique a toutefois eu un avantage: le Français est totalement tombé sous le charme de notre pays. "J'ai donc décidé d'y vivre définitivement", se réjouit-il.

Comment avez-vous intégré le casting de The Voice, la plus belle voix?

"Une amie m'a conseillé de m'inscrire à The Voice, la plus belle voix. Je m'y suis inscrit pour rire en me disant: ça ne va jamais fonctionner! J'ai été surpris quand la production de l'émission m'a rappelé. Cela m'a fait plaisir mais le stress a commencé à se faire sentir..."

Ca vous a mis la pression?

"Oui, beaucoup, mais j'ai besoin de ça pour avancer ! Avant de monter sur scène, je suis toujours stressé. Une fois sur le plateau, par contre, tout s'en va et je suis à fond dans ma prestation."

Qu'est ce qui vous faisait peur? Le niveau des autres candidats?

"Oui, notamment! Je suis une personne qui doute beaucoup et qui est surtout timide. Et, je sais que The Voice, la plus belle voix est peut-être l'une des émissions où il y a le plus de niveau. Tout ça me faisait peur."

Avez-vous attaqué The Voice, la plus belle voix avec le même état d'esprit que la Star Academy?

"Pas vraiment. J'avais toujours la même envie d'y participer mais à la Star Academy, j'étais considéré comme un élève qui devait apprendre différentes disciplines. On pouvait craquer si ça n'allait pas. A The Voice, par contre, on se doit d'être un artiste accompli en se présentant devant le jury. On ne peut pas se permettre de faire un pas de côté. On n'a pas d'excuse et c'est d'autant plus flippant!"

Quelles sont vos influences musicales?

"Je suis sensible à plusieurs styles musicaux. J'adore la chanson française mais j'aime aussi l'électro ou la musique plus urbaine. Ce qui me plait par dessus tout, c'est le fait que la musique véhicule un message et qu'elle amène à nous dévoiler."

Avec quel coach voudriez-vous travailler si vous êtes repêché lors de cette audition à l'aveugle?

"Je n'ai pas de préférence. Si les coachs se retournent, je choisirai à l'instinct. Mais, chaque coach pourrait me convenir. Ils sont tous pros dans ce qu'ils font et font tous de la bonne musique."