Il fut un temps, vraiment pas si lointain que ça, lors duquel Stéphane Bern squattait littéralement le petit écran. Il accumulait les émissions, était de toutes les spéciales et de toutes les retransmissions événementielles, etc. Bref, il n’y en avait que pour lui ou presque.

Cette époque est révolue a-t-il confié au Parisien. Désormais, l’animateur âgé de 56 ans entend lever quelque peu le pied et profiter la vie qu’il affectionne, celle qui est la sienne quand il séjourne dans sa demeure de Thiron-Gardais. Il a indiqué au quotidien français avoir décidé de ne plus accepter de tournages pendant les week-ends. Ce n’est pas pour autant qu’on n’entendra plus parler de lui.

Sur Europe 1 à la rentrée

Non seulement il continue son émission Secrets d’Histoire qui ne cesse d’enregistrer d’excellentes audiences depuis son lancement en 2007, mais il sera aussi un nouvel atout dans la grille d’Europe 1, station qu’il rejoint après avoir quitté RTL au terme de 20 années de collaboration. Stéphane Bern y animera L’équipée sauvage, une émission de deux heures, entre 16 heures et 18 heures, dans laquelle il sera encore question d’histoire. “On va replonger dans l’histoire, mais de façon gourmande et ludique”, a-t-il indiqué lors d’un entretien donné fin juin sur l’antenne d’Europe 1 où il avait débuté en radio dans les années 90. “Tout a une histoire. On prendra des thématiques qu’on présentera sous forme d’énigmes”, poursuit-il. “On ne voit pas le lien forcément entre des gens très divers, entre une reine d’Égypte tout à fait pionnière et une héroïne de la téléréalité. Et il faudra trouver ce lien”. Voilà qui promet de ne pas être habituel, c’est le moins que l’on puisse dire. Rendez-vous le lundi 24 août pour la première.

Il n'est pas ruiné

Dans l’entretien qu’il a accordé au Parisien, Stéphane Bern a aussi tenu à rectifier la vérité à propos de sa situation financière. Non, il n’est pas ruiné après avoir rénové le collège royal et militaire de Thiron-Gardais, en Eure-et-Loir, qui est aujourd’hui son chez lui. En août 2019, il avait pourtant confié ceci à Télé-Loisirs : “J’ai hypothéqué mon appartement et emprunté sur plus de vingt-cinq ans. J’ai refusé les subventions, sauf pour le petit musée. Si je suis très objectif avec moi-même, je suis ruiné, mais fier !” Au total, ce sont 4 millions d’euros qu’il aurait investis dans le projet. Ce week-end, il a corrigé le propos : “Ce n’est pas exactement ce que j’ai dit, a-t-il expliqué. Mais c’est vrai que tout mon argent y passe, des droits d’auteur, l’argent des émissions. Ici, c’est un peu le tonneau des Danaïdes. Mais je ne veux faire pleurer personne.”