Télévision

Si Marc Pinilla ne regrette pas son expérience de coach à The Voice Belgique ("une très belle étape de ma vie"), le leader de Suarez assure que c’est bien derrière lui. "

Ma vraie place est d’être chanteur, musicien et de créer du contenu. J’ai eu mon moment à la télé et j’en ai vraiment profité. Car j’ai appris comment me comporter face à une caméra. Mais je ne pense pas que ce soit mon métier. Faire un clip, ce n’est pas de la télé. Je laisse vraiment cela à ceux qui savent le faire. Comme David !"

Le chroniqueur du Grand Cactus mais aussi futur relookeur des Miss Belgique, a en effet le vent en poupe sur la RTBF. "Je suis bien en télé à partir du moment où je suis une virgule. J’aime bien intervenir comme ça et si on me coupe ou pas, ce n’est pas mon problème." Si le service public pense à lui pour une prochaine émission télé, il est aussi courtisé par nos voisins depuis son désormais célèbre "Unificité" prononcé lors de la dernière élection des plus belles filles de notre royaume. "Mais je suis trop tarlouze, tapette et haut en couleurs pour la France, concède celui qui va bientôt sortir sa propre gamme de maquillage pour hommes (Beauty for men) et vient de perdre 22 kilos ("je ne pouvais plus faire mes lacets, j’avais une trop grosse boudine !") depuis mars dernier. Je pourrais percer si je me relooke mais je n’en ai pas envie, je veux rester moi-même. Il ne faut pas donner de faux-semblants car tôt ou tard, comme on dit dans le borinage, el bac i s’ortone toudi su l’pourcheau (rire) !" "Exact, acquiesce Marc Pinilla, qui a déjà participé aux tournées de Yannick Noah et fait deux fois à Taratata (France 2. Ca veut dire que si tu fais une connerie un jour, tu le payeras. Depuis 10 ans, j’essaye le marché français mais il est compliqué de s’y faire une place. Je ne désespère pas avec ce single. Avec Suarez, on a jamais eu la conversion du succès commercial, juste un succès d’estime." De quoi donner des envies d’Eurovision (avec un David Jeanmotte qui donnera les points pour la Belgique) ? "Ce concours ne m’intéresse pas, conclut celui qui avait déjà écrit pour Roberto Bellarosa (Eurovision 2013). Au tout début, on en avait parlé. Mais, déjà, je ne suis pas assez bon chanteur. Et l’Eurovision est plutôt fait pour les chanteurs à voix. Moi, je me considère plutôt comme un chanteur de charme. Par contre, comme j’ai la faculté de pouvoir écrire des chansons que tout le monde peut fredonner, cela me ferait plaisir d’écrire pour le concours."