Télévision En exclusivité pour la Belgique, Sylvie Tellier, encore très émue, tente d’expliquer son injuste éviction de Danse avec les stars.

Elle s’est promise, nous dit-elle au bout du fil, de ne pas pleurer pendant cette interview. Mais l’émotion est toujours là, à fleur de peau. Difficile de la contrôler 36 heures seulement après le choc survenu sur le plateau de Danse avec les stars . Sylvie Tellier a "beaucoup pleuré" depuis samedi soir. Elle ne le cache pas, même si, intelligemment, elle relativise. La patronne de Miss France était pourtant devenue un peu aussi la patronne sur le parquet, après une pluie d’éloges de la part des juges.

"Je suis très triste d’avoir quitté l’aventure, je me régalais ! Je me suis beaucoup investie autant physiquement que moralement; j’avais réussi à créer un équilibre entre la danse, mon boulot, mes enfants. Je suis triste de quitter mon partenaire Christophe, d’autant plus qu’on a vécu un super prime samedi, sur ce tango argentin. On n’a pas compris pourquoi…"

Depuis samedi, avez-vous trouvé une explication à ce surprenant départ ?

"Je comprends un peu mieux. On m’a expliqué comment ça fonctionnait au niveau des votes. A priori, notre prestation avait plu aux juges, on était dans le haut du classement. Comme les gens - c’est ce qu’on m’a expliqué - ne nous ont pas sentis en danger en début d’émission, ils n’ont pas voté. Ils votent plutôt pour les couples qui sont en bas du classement. Je me suis dit : ‘Il aurait mieux valu que je fasse une piètre prestation pour que les gens votent !’ Mais ensuite, il y a eu le relais Cha Cha et on a dégringolé tout à coup dans le classement… Et il était presque trop tard pour que les gens votent. C’est dur à avaler de se faire éliminer comme ça… À la rigueur, quand on a mal dansé…"

Le résultat est d’autant plus surprenant qu’il y avait un grand écart entre les notes du haut du tableau (dont vous faisiez partie), et celles du bas du classement…

"Si ça peut servir au prochain… Je dirais qu’il faut que chaque couple fasse un appel aux votes. Si les téléspectateurs ont aimé une prestation, même d’un candidat en haut du tableau, il faut qu’ils appellent et votent pour lui. Et pas uniquement appeler pour sauver des gens qui sont en danger et dans le bas du classement."

Pendant quatre semaines, vous êtes restée dans le top 5… On ne s’imagine dès lors pas partir à ce moment-là de l’aventure ?

"J’aurais aimé faire 2 ou 3 émissions de plus, mais je ne me voyais pas gagner. Cette émission fait appel à la danse mais aussi à la popularité. Et dans l’émission, il y a des candidats plus populaires que moi. Je me dis que j’ai déjà eu la chance de faire l’émission. Ce qui était dur, c’est que la semaine qui précède, on est dans l’euphorie. On est à fond, je faisais des pompes tous les jours, je me levais plus tôt pour faire des exercices… (elle s’interrompt, émue, NdlR) "

Justement, vous avez réussi à montrer ça aussi, que vous étiez très travailleuse…

"Oui mais au final est-ce que ça servait vraiment à quelque chose ? Et en même temps, je dis ça mais je n’aurais pas fait autrement qu’en m’investissant complètement… C’était tellement important pour moi de danser comme je l’ai fait samedi, de montrer ça de ma personnalité. Et les juges, avec leurs commentaires, m’ont fait un plaisir fou ! C’est pour ça qu’on travaille autant. Mais je pensais que je pourrais encore montrer d’autres facettes de ma personnalité. Autre chose que le rôle rigide de Madame Miss France, ça c’est mon job et j’aime le faire. J’aurais voulu que ça dure mais ce n’est que de la télé. Il faut relativiser ! Il y a un an, on vivait en France des événements dramatiques… J’ai deux magnifiques enfants, j’ai un boulot… Je pleure, là, comme quelqu’un de déçu mais quand je me secoue, je me dis que ce n’est pas grave. J’ai mes Miss qui m’attendent ! D’ailleurs au bureau, mes collègues me disent qu’ils vont m’installer une douche, que ça me rappellera Danse avec les stars ! " (samedi soir, Sylvie et son partenaire ont terminé leur danse sous… une douche en plein plateau, NdlR).

Allez-vous regarder la suite des aventures de vos camarades de Danse avec les stars ?

"Je pense que je vais regarder… mais ça va me faire mal au cœur. Là le prochain prime est jeudi, exceptionnellement. Et nous avions déjà commencé à préparer notre danse, j’avais choisi mon costume. En fait, je ne sais pas si je vais regarder…"

Vous avez un chouchou ?

"Laurent (Maistret) réalise des chorégraphies incroyables ! Mais tout est possible en fait dans cette émission… Ce n’est pas parce qu’on danse bien qu’on est protégé. Ça fait mal de sortir, donc il faut profiter un maximum !"


Peut-être en Belgique pour la tournée de Danse avec les stars

"Ils étaient les premiers surpris ! Mais ça doit leur servir de leçon aussi… Ils doivent protéger leurs danseurs. Mettez-nous des notes, un peu plus hautes, qui nous protègent. Et dans la programmation aussi des danseurs : je suis très souvent passée en début d’émission. Mais ils m’ont proposé un beau cadeau : la tournée. Ils me l’ont proposée. Je sais qu’il y a une date à Bruxelles d’ailleurs…"

On vous verra donc sur la tournée ?

"Je ne sais pas. Ce matin, je ne voulais pas. Et là je me dis pourquoi pas ! Ça m’a tellement plu de danser en couple ! Mais il faut que je digère avant de décider. Je ne sais pas si j’y ai ma place, j’ai été éliminée au 4e prime…"

Vous en voulez au public de ne pas avoir voté davantage pour vous ?

"Non ! Quand je vois tous les messages de soutien du public, ce que les gens ont publié samedi soir sur les réseaux sociaux, je me dis que le public lui aussi s’est fait surprendre. Je n’ai pas demandé leur soutien pendant l’émission, j’aurais dû. Je ne peux en vouloir qu’à moi. Et puis, c’est la règle du jeu."

Vous vous êtes même excusée d’avoir fait quelques erreurs durant votre parcours, pourtant réussi…

"Oui, on s’en veut toujours car on peut toujours faire mieux ! Sur le relais Cha Cha, je suis partie avec quelques secondes de retard. On aurait pu récolter plus de points… Mais on ne va pas refaire l’histoire."