Télévision

Rien ne va plus pour l’émission de France 2 qui a vu dix de ses chroniqueurs mettre les voiles depuis la rentrée.

Que se passe-t-il chez France 2. Alors que depuis plus de trois décennies Télématin réveille les Français avec une équipe qui certes a évolué au fil du temps mais semblait solide, c’est aujourd’hui la débandade. En un petit mois à peine, ce sont dix chroniqueurs qui ont claqué la porte. La dernière en date, Brigitte Fanny Cohen, en charge de la santé, a déserté le plateau lundi.

Est-ce la fin de l’état de grâce de Laurent Bignolas qui en 2017 a succédé à William Leymergie, l’animateur historique depuis la création du programme en 1985 ? Pas du tout. La faute à la direction de France Télévisions et aux nouvelles conditions de travail qu’elle veut imposer aux chroniqueurs dénoncent ces derniers. À partir du 1er octobre, elle souhaite qu’ils ne soient plus sous contrat à durée déterminée mais en CDI. Cependant, ce qui sur le papier paraît être une bonne nouvelle n’en est en réalité pas une. Parce qu’à la clé, ce changement de statut est synonyme de baisse de salaire et de perte de droits. Notamment l’ancienneté. Inacceptable pour Jean-Philippe Viaud, chroniqueur théâtre depuis 29 ans qui a quitté l’émission à la rentrée. Isabelle Chalençon, autre figure historique de la matinale de France 2, a fait les comptes. Lorsqu’en 2015 elle a attaqué France Télévisions pour avoir un CDI après avoir enchaîné 20 CDD, elle a perdu 40 % de son salaire. C’était à prendre sinon il y avait abandon de poste, a-t-elle expliqué mardi lors de l’émission de Jean-Marc Morandini sur CNews.

D’autres dénoncent l’absence de management et des productions au rabais en raison des économies budgétaires imposées par la direction du service public. De quoi faire craindre pour l’avenir de l’émission qui selon certains, pourrait bientôt être arrêtée pour mettre en avant franceinfo, la chaîne 100 % news de France Télévisions.