Si, certaines personnalités se lèvent pour défendre le journaliste (Claire Chazal, Jean-Pierre Pernault) , une écrivaine vient maintenant accabler l'ex-présentateur de TF1. Il s'agit d'Alessandra Fra qui s'est confiée dans les colonnes de Closer.

Pour le journal people, elle a d'abord raconté sa rencontre avec PPDA en 2005. Elle a alors 22 ans. “J’étudie alors la finance à Cambridge” commence-t-elle. “De retour à Paris, je tombe sur le livre de PPDA ‘Elle n’était pas d’ici’, en lien avec le suicide de sa fille Solenn, dix ans plus tôt. Je lui ai écrit un mot maladroit, partageant mon bouleversement, sans lui demander de rencontre.”

A son plus grand étonnement, le présentateur lui propose d'assister à un JT quelques jours plus tard. “Je lui réponds que ce n’est pas possible le soir. Il me donne finalement rendez-vous le 6 avril à 15 heures, dans son bureau de TF1. J’arrive avec ‘L’aube d’une vie’, un manuscrit que je voulais lui présenter. Je n’avais que la littérature en tête.” Ravie en arrivant, la rencontre ne se déroule pas comme prévu. PPDA lui donne un bisou sur le front. "J'étais tétanisée" explique l'écrivaine.

Après cette première entrevue, les deux adultes décident finalement de se revoir. Et de commencer "une relation intellectuelle" précise Alessandra.“On continue à échanger des petits mots. Il sent bien que je suis réceptive. À la rentrée, le 15 septembre, il m’invite à nouveau au JT. J’accepte.” Elle avoue ensuite à nos confrères "être tombée amoureuse de lui. Mais je visais un amour sans sexe, une relation intellectuelle."

C'est en se dirigeant vers les cages d'escaliers que tout dérape pour l'écrivaine. “En haut des marches, il se jette sur moi, dégrafe mon soutien-gorge, glisse sa main dans ma culotte et m’embrasse sur la bouche. C’est mon premier baiser... Je n’ai pas du tout envie qu’il me touche. Je le repousse, il s’arrête. Furieux, il me lance: ‘Ça ne vous fait pas plaisir que je vous touche?"

Cette relation s'arrête brusquement. Trois mois après cette altercation, Alessandra Fra décide de revoir le présentateur pour obtenir des explications. "Il est horriblement tendu, hurle de rage et nie tout. Il me paraît menaçant, le poing serré. (...) À un moment, il fait référence au suicide de sa fille et sa douleur ‘immense’. Il prend ce drame intime comme prétexte à son comportement déplacé. J’ai un début d’explication, donc je me lève pour partir. Et là, il fonce sur moi et pose ses mains autour de ma gorge. De longues secondes, je me débats. Je lui dis ‘Vous me faites peur’, il me répond ‘Tant mieux’.”

Pendant longtemps, elle avait décidé de ne pas parler de cette expérience traumatisante. "Je ne voulais pas faire de tort à PPDA", explique-t-elle. Avant ensuite d'expliquer sa démarche. "Je n’ai pas envie d’être pointée du doigt. C’est violent, mais il ne m’a pas violée. J’ai dit ‘non’ et, malgré tout, il a respecté mon ‘non’. Quand j’ai vu son interview dans Quotidien, sa façon de se faire passer pour ce qu’il n’est pas, ça m’a scandalisée. Il n’a aucune considération pour l’autre, il ne pense qu’à assouvir ses pulsions.”

Si elle parle aujourd'hui, c'est surtout "pour faire cesser ce genre de comportement". Avant ensuite d'expliquer: "Moi, j'ai tourné la page, je ne veux plus jamais avoir affaire à lui", conclut-elle.

Patrick Poivre d’Arvor fait l'objet d'une enquête pour viols après une plainte déposée par Florence Porcel