Pour sa neuvième saison, The Voice, la plus belle voix retrouve les règles de ses débuts. 

"Plus simple et plus claire", voilà comment TF1 voyait cette neuvième saison de The Voice, la plus belle voix. Afin de ne plus bousculer le téléspectateur, la chaîne a décidé de revenir aux fondamentaux. Fini donc les règles difficiles à comprendre qui embrouillaient, voire ennuyaient les amateurs du télécrochet. Parmi elles, le vol des talents. Les coachs ne pourront plus récupérer des talents à tout va. Quand ces derniers seront éliminés, ce sera pour de bon cette fois-ci. Lors des auditions à l’aveugle, tous les coachs se retourneront désormais systématiquement après chaque prestation pour expliquer leur choix. Une règle qui est également revenue, l’année dernière, dans The Voice Belgique. Quant aux primes, ils seront moins nombreux et se dérouleront désormais dans une salle de spectacle parisienne.

"On voulait aussi retourner sur le terrain pour trouver 5.000 voix", lance l’un des producteurs du programme lors de la conférence de presse. Sur ces dernières, 2.000 candidats seront choisis pour participer aux castings, 110 sont choisis pour se produire sur la scène de The Voice, la plus belle voix. Les finalistes seront désormais uniquement choisis par les téléspectateurs et non par les coachs. En clair, certains coachs pourraient désormais se trouver sans talent à défendre lors de la grande finale.

Un banc de coachs flambant neuf

Sur les fauteuils rouges, le changement est également au rendez-vous. Pascal Obispo, coach lors de la saison 7, est de retour, cette fois-ci aux côtés de Lara Fabian, ancienne coach de La Voix (The Voice au Québec), Amel Bent, ex-coach de The Voice Kids France, et Marc Lavoine qui, pour sa part, n’a jamais participé à ce genre de télécrochet. Bons camarades et surtout immenses artistes, les quatre jurés de cette saison vont tout faire pour convaincre leurs coups de cœur de rejoindre leur équipe. Comme ils le disent : "On ne se fait pas de cadeaux !"