Le prestigieux concours de cuisine est de retour sur RTL-TVI avec de nombreuses surprises au menu.

En janvier dernier, M6 nous dévoilait les premières images de la onzième saison de Top Chef. Nouveau juré, nouvelles façons de concevoir la cuisine et, surtout, nouveaux candidats, parmi lesquels on retrouve deux Belges, cette édition s’avère plus que jamais ambitieuse et surprendra les téléspectateurs par ses nombreuses nouveautés. Une aventure à vivre dès ce lundi sur RTL-TVI.

Un nouveau chef de brigade

C’est avec beaucoup de tristesse que Philippe Etchebest, Hélène Darroze et Michel Sarran se sont séparés, cette saison, de Jean-Francois Piège, figure incontournable de Top Chef. "Il était dans l’émission depuis 10 ans. Je n’ai jamais caché que j’ai accepté de participer à Top Chef parce qu’il y était. Il donnait une certaine crédibilité au programme", explique Hélène Darroze qui est toutefois contente d’accueillir un nouveau chef de brigade, l‘étoilé Paul Pairet, sommité de la cuisine qui possède plusieurs restaurants à travers le monde, dont l’Ultraviolet à Shanghai, et qui avait fait partie des chefs invités lors de la saison dernière. "Je connais Paul depuis longtemps. C’est une personne qui suscite la curiosité et le respect. Je savais qu’avec lui, du lourd arrivait !", ajoute la cheffe de brigade jaune.

Même s’il avait eu un aperçu du concours l’année dernière, il a toutefois fallu du temps avant que Paul Pairet ne trouve ses marques aux côtés de ses camarades. Prolixe, celui-ci a dû apprendre à doser ses interventions pour ne pas être trop long face aux caméras. "J’ai été chambré un peu plus que les autres mais j’ai pris ma revanche au fur et à mesure des émissions", lance celui qui a rapidement trouvé une belle complicité avec ses camarades.

"Au début, il ne savait pas où il mettait les pieds et, c’est vrai que quand il explique quelque chose, ça peut durer très longtemps, rigole Michel Sarran. Ça a été du pur bonheur. Il est arrivé avec beaucoup d’humilité mais c’était le premier à nous faire des croche-pieds s’il le fallait ! (rires) "

Une cuisine audacieuse et éco-responsable

En écho à la tendance actuelle, cette saison du concours est placée sous le signe de l’eco-responsabilité. Encore plus que les autres années, les candidats devront trouver une façon de cuisiner qui soit respectueuse de l’environnement. "Je pense qu’il y a eu une vraie prise de conscience à ce propos dans l’univers de la cuisine", explique Paul Pairet. De son côté, Hélène Darroze explique travailler de façon eco-responsable depuis des années, notamment en respectant la "politique du produit de saison".

Audacieuse, cette saison le sera également. Plus au défi que jamais, les candidats devront faire travailler leurs méninges afin de proposer des plats qui étonneront par leur goût mais également par la façon dont ils sont cuisinés ou dégustés. "Top Chef draine un réservoir de cuisiniers de haute qualité. Ça va au-delà d’un programme télé. Ce sont de vrais professionnels investis et passionnés par ce qu’ils font. La preuve, beaucoup de candidats sont récompensés aujourd’hui par le guide Michelin", explique Philippe Etchebest.

Plusieurs chefs de renom seront également invités lors de la saison. Parmi eux le Belge Christophe Hardiquest, propriétaire du Bon bon à Woluwe-Saint-Pierre. "Les gamins absorbent les conseils des plus grands chefs, explique Etchebest. C’est une chance incroyable de faire Top Chef. Ce qu’ils font en quelques semaines au niveau de l’inspiration et des idées, les autres le font en plusieurs années d’apprentissage !"

Les années d’émission le prouvent toutefois : ce n’est pas parce qu’un candidat est étoilé ou plus expérimenté qu’il a davantage de chance de gagner le concours. "La preuve avec Frankelie Laloux lors d’une précédente saison, fait remarquer Philippe Etchebest. Quelqu’un qui est déjà formaté, qui a déjà une empreinte culinaire, est moins malléable."

Une chose est certaine, comme les années précédentes, les chefs de brigade ne comptent pas se faire de cadeaux. Ils auront à cœur d’emmener leurs poulains jusqu’à la victoire !