Impossible d’imaginer une saison de Top Chef sans l’épreuve incontournable de la "guerre des restos". Lors de cette dernière, les candidats encore en lice, regroupés en binômes et aidés par d’anciens participants, sont censés redécorer un restaurant, y créer un menu et y recevoir des clients.

La crise sanitaire rend toutefois l’opération délicate. Les restaurants étant fermés lors du tournage, la production a dû réinventer la fameuse épreuve qui vient rythmer la saison.

Pour coller à la réalité du monde de la restauration, les candidats devront désormais mettre en place un système de plats à emporter. " Dans Top Chef, on a toujours essayé d’être au plus proche des métiers de la gastronomie. Quand on a démarré le tournage, les restaurateurs ont dû adopter cette nouvelle façon de travailler. Il nous est donc apparu évident d’ajouter cette contrainte aux candidats de la guerre des restos ", explique Romuald Graveleau, directeur des programmes de Studio 89 Productions. "Les candidats devront préparer des plats à emporter et réfléchir à la meilleure façon de les mettre en boîte pour qu’ils soient encore chauds lorsqu’ils seront livrés aux clients. Un livreur viendra chercher les préparations et les livrera à domicile."

Ils recevront toujours des convives

Contrairement aux saisons précédentes, seul le critique culinaire, François-Régis Gaudry, pourra désormais passer devant les trois restaurants des candidats afin de choisir ceux qui pourront ouvrir leurs portes.

Une fois sélectionnés, les restaurants pourront accueillir deux tables de convives. L’une sera composée de François-Régis Gaudry et d’une de ses camarades. La seconde, des quatre chefs de brigade, à savoir Philippe Etchebest, Hélène Darroze, Michel Sarran et Paul Pairet.

" S’adapter à la situation actuelle à rajouter un peu de piment au concours ", conclut Romuald Graveleau qui parle de "la meilleure guerre des restos depuis longtemps".