C’est parti pour la douzième saison de Top Chef sur RTL-TVI. Ce lundi soir, quatorze candidats ont mis les petits plats dans les grands pour séduire gustativement Hélène Darroze, Philippe Etchebest, Michel Sarran et Paul Pairet. L’objectif de leur première épreuve ? Intégrer une brigade pour, enfin, démarrer le concours culinaire.

Les sept premiers candidats sont invités à se placer derrière les fourneaux pour réaliser le plat sucré qui leur permettra d’obtenir un ticket pour la suite de l’aventure. D’emblée, le niveau des différents candidats frappe. Les plats sont réfléchis et souvent accompagnés d’un souvenir personnel.

“Plus c’est difficile, plus je m’éclate !”

Après avoir dégusté les plats de chaque candidat, les chefs de brigade doivent faire leur choix. Michel Sarran demande à Thomas de rejoindre son équipe. “Son assiette est l’aboutissement d’une idée”, dit-il. “J’ai été touché par cette sensibilité.” Philippe Etchebest, lui, choisit de donner sa chance à Matthias. “J’ai fait un choix un peu particulier parce que j’ai été très critique sur cette assiette-là. Elle était à la hauteur de ma déception, s’explique-t-il. “Dans Top Chef, il faut savoir se projeter aussi. Prendre des risques, c’est ce qui me plait le plus. Plus c’est difficile, plus je m’éclate ! J’ai senti un gros potentiel dans ce candidat et je ne vais pas le lâcher.

Baptise intègre, de son côté, la brigade d’Hélène Darroze, Chloé (amie d’Adrien Cachot, finaliste de la précédente saison), celle de Paul Pairet.

“Tu ressembles à Gordon Ramsay”

Au tour des sept autres candidats de s’affronter, cette fois-ci autour de la revisite d’un plat populaire salé. “Je suis hyper nerveux. […] C’est la chance d’une vie. Il faut la saisir”, lance Mathieu Vande Velde, seul Belge de la saison. “Je n’ai pas eu une enfance évidente. Je ne me retrouvais pas dans l’enseignement général. Les gens du milieu scolaire m’avaient dit que je n’arriverais à rien. Il y a un professeur qui m’avait dit : “Mathieu, il faut savoir un truc, c’est que sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit.” Donc, en gros, il insinuait vraiment que j’étais con quoi… La cuisine, c’est ce qui m’a un peu sauvé.

Celui qui qualifie sa cuisine d’impulsive et créative a marqué les chefs par sa façon de cuisiner sans sel industriel mais également par sa ressemblance frappante avec Gordon Ramsay, célèbre chef cuisinier connu pour incarner la version britannique de Cauchemar en cuisine.

Sa revisite du moules-frites a goûté aux chefs. “C’est culotté”, lance Philippe Etchebest. “Il en a sous le pied le gamin !” De son côté, Hélène Darroze se dit époustouflée par son “audace de génie”.

C’est le feu d’artifice dans ma tête !”, lance, heureux le Bruxellois qui a finalement été choisi par Philippe Etchebest pour revêtir le brassart bleu. “J’allais tomber en syncope. Avec Philippe Ethebest, ça va être sévère !

Sarah intègre la brigade d’Hélène Darroze, Pierre, celle de Paul Pairet et Bruno, celle de Michel Sarran. Les candidats non-sélectionnés sont, de leur côté, envoyés à l’épreuve de la dernière chance où il est question d’un plat autour de la carotte. Mohamed se fait remarquer et rejoint l’équipe d’Hélène Darroze. Pauline intègre la brigade de Paul Pairet et Arnaud, celle de Michel Sarran. Moins convaincants, Adrien et Yohei sont éliminés. Jarvis, le cow-boy aux santiags, se retrouve avec le statut de “candidat solitaire”, c’est-à-dire sans équipe mais toujours dans l’aventure.