C’est une finale de haut niveau qui s’est déroulée, ce jeudi soir, dans Top Chef sur RTL-TVI. L’audace de Sarah Mainguy s’est mesurée à l’expertise de Mohamed Cheikh. Leur tâche ? Préparer un menu trois services pour plus de 70 convives de La Croix Rouge et les quatre membres du jury. Une dernière épreuve qui parle plus à Mohamed, habitué du service banquet. qu’à son adversaire.

Pour la finale, Sarah mise à nouveaux sur des plats aux associations improbables, sa marque de fabrique. Avec sa brigade composée de Pauline, Baptiste, Charline et Matthias, la jeune femme se lance sur un menu terre et mer. Elle n’est toutefois pas à l’abri d’un couac. Entre l’aménagement de la cuisine du palace qu’elle a du mal à apprivoiser - elle a, par exemple, confondu le congélateur avec le frigo ce qui a totalement congelé ses noix de Saint-Jacques - et des quantités qu’elle a du mal à déterminer, l’expérience n’a pas été de tout repos pour la Nantaise.

De son côté, Mohamed motive son équipe composée de Pierre, Thomas, Arnaud et Chloé. Le jeune homme part, lui, sur un menu plus classique français aux saveurs Méditerranéennes de son enfance. "C’est la Mohamed touch", dit-il. Pour cela, il a pu compter sur l’huile de coude de ses camarades. Les bras de Chloé, qui a été chargée d’éplucher les salsifis, s’en souviendront encore longtemps. Mohamed s’est également fait recadrer par Helene arroze au moment de réaliser de sauce qu il avait, dans un premier temps, déléguer. En tant que spécialiste des sauces, il était important qu’il la réalise lui même, lui explique par là cheffe de la brigade rouge.

Au terme de l’entrée, il est impossible de départager les deux candidats dont les préparations ont gagné le cœur de leurs convives.

Au niveau du plat, Mohamed semble toutefois prendre la tête du côté des chefs. Sarah, elle, surprend les jurés en cuisinant de l’agneau alors que la viande est loin d’être sa spécialité. Sa cuisine plus bistronomique plait. Philippe Etchebest regrette toutefois la manque d’équilibre dans les quantités de son plat.

Le dessert, c’est le moment de tout donner une dernière fois. Mohamed mise sur le réconfort et les valeurs sûres avec des produits comme le chocolat ou le caramel. Hélène Darroze racle son assiette. « Ça marche ! », lance-t- elle. Sarah, quant à elle, a laissé parler son originalité végétale en proposant un plat où se mêlent persil, salicorne, pomme et algues. "C'est un des desserts les plus étonnants que j'ai goûté depuis longtemps en termes de goût", dit Paul Pairet.

C'est l'heure d'évaluer les menus des finalistes. Les convives, jurés compris, répartissent leurs points. Le suspense est à son comble. Au terme du vote des chefs, les finalistes sont à égalité. C'est entourés de leurs proches que Mohamed et Sarah ont découvert le verdict final. Seul Paul Pairet n'était pas présent lors de la cérémonie des couteaux. A cause de la sanitaire, le chef est intervenu en visio-conférence depuis son restaurant à Shanghai.

A la levée des couteaux, Mohamed sort la lame en acier, synonyme de victoire. Cela permet donc à Hélène Darroze de conserver son titre. Le jeune homme, qui a été élu avec 54,86 % des votes - contre 46,14 % pour Sarah - reçoit donc son chèque de 54.860 euros, une somme proportionnelle au pourcentage de votes.