Accusée par certains citoyens de "participer à la déshumanisation du sort des migrants", la chaîne réagit : "Les téléspectateurs ont le droit d'aimer ou non la façon dont un sujet a été traité"

Vendredi dernier, RTL-TVi a ouvert son JT de mi-journée avec un reportage consacré à la situation dramatique à Zarzis, en Tunisie, où la Méditerannée rejette les corps de dizaines de migrants candidats à la traversée qui ont connu un sort funeste en mer. Un choix d'ouverture du JT évidemment légitime, si ce n'est que l'angle choisi pour aborder le reportage a heurté certaines sensibilités : le sujet est en effet abordé à travers les yeux de Charlotte, une vacancière belge qui raconte le calvaire de ses vacances gâchées. 

Une situation évidemment compréhensible mais qui ne pèse pas bien lourd face aux dizaines de vies éteintes en mer, ont fait remarquer plusieurs internautes sur les réseaux sociaux. Une carte blanche dénonçant ce traitement médiatique et la "déshumanisation du sort des migrants" à laquelle participerait la chaine privée par l'entremise de ce reportage a par ailleurs été publiée par nos confrères du Vif, ce lundi. Elle est signée par 378 citoyens, pour certains d'entre eux militants.

Contactée par La DH, la chaîne privée a réagi. "Le choix de l’accroche est effectivement le cas de cette Charlotte qui s’est retrouvée à témoigner de son changement d’hôtel et de ses vacances gâchées, explique Christopher Barzal, porte-parole de RTL Belgium. Dès le 13 heures, nous avons toutefois élargi le sujet, on l’a mis en perspective, en parlant de ce bateau échoué et de ces cadavres retrouvés au compte gouttes. On a parlé de ce drame. Et on en a reparlé au RTL Info 19h en mettant en avant le témoignage d’un pêcheur tunisien. On voulait l’avoir au 13 heures mais c'était impossible, en termes de délais. On a donc mis en évidence les deux angles. Les téléspectateurs ont le droit d’aimer ou non la façon dont le sujet a été traité."