Il faut l’avouer, le casting de cette édition spéciale de Koh-Lanta avait une sacrée gueule. De Claude à Jade, en passant par Clémence ou Sam, il n’y avait que des aventuriers qui avaient marqué l’histoire du jeu. Sur ce point, en réunissant la crème de la crème, ALP et TF1 ont réussi leur coup. Cela promettait une compétition de folie, dans les règles de l’art. Le hic, c’est que cela s’est un peu retourné contre eux.

Ultra-préparés, connaissant toutes les ficelles pour survivre et aller loin, les aventuriers ont débarqué en Polynésie avec un tel statut que la guerre des egos a éclipsé tout le reste. Claude était tellement respecté et avait une telle mainmise sur le camp que personne n’a jamais osé le bousculer, ce qui lui a indirectement déroulé le tapis rouge vers l’orientation. Le fait que son grand ami Laurent Maistret se retrouve à ses côtés sur les poteaux n’est d’ailleurs pas uniquement le fruit du hasard. Bien que méritants, ces deux-là ont passé leur temps à se protéger tout au long de l’aventure. Ce qu’on ne peut pas vraiment leur reprocher.

Le scandale de tricherie qui a éclaboussé l’émission illustre les maux de cette saison. Trop de privation qui a mené à des dérapages (allô, Teheiura), trop de candidats qui ont noué des affinités au fil des années, rendant certaines alliances intouchables, trop de démesure qui a nui à l’essence même du jeu.

Reste enfin cette case horaire du mardi soir, qui a complètement cassé la dynamique et les habitudes des téléspectateurs, parfois obligés de veiller tard le soir pour regarder l’émission en replay (et ainsi éviter les spoilers). Voire de carrément faire l’impasse sur l’émission si l’emploi du temps surchargé de la semaine ne permet pas de suivre la cadence.

Suite à ces nombreux scandales, Adventure Line Productions (ALP) a donné sa version des faits pour nos confrères de 20 Minutes. "Après avoir gagné l’épreuve, Claude et Laurent ont eu une vive réaction en arrivant sur l’ex île des jaunes [où ils devaient procéder à leurs choix] car ils pensaient bénéficier d’une récompense qui leur permettrait de manger un bon repas. Le producteur les a fermement recadrés. Nous démentons formellement le fait qu’on ait pu leur donner une viennoiserie. Nous rappelons que la seule chose donnée occasionnellement aux aventuriers en concertation avec l’équipe médicale en cas de coup de fatigue est une boisson sucrée et une banane."

La seule éclaircie aura donc été le parcours d’Ugo, héroïque du premier au dernier épisode, surclassant tous les autres aventuriers dans la plupart des épreuves, allant même jusqu’à voler la vedette à Claude, plus grand aventurier de l’histoire du jeu. Le tout, en restant bien loin des alliances de ses camarades.

Il pourra d’ailleurs dire merci au concept de l’Île des bannis, qui n’est pas une nouveauté à proprement parler, mais qui a été poussé à l’extrême dans cette édition. Cela aura au moins mis un peu de piment à l’aventure et court-circuité certaines stratégies.

De nombreux téléspectateurs espèrent désormais qu’Ugo repartira avec le chèque des 100 000 euros pour s’offrir une deuxième victoire dans Koh-Lanta, après celle de 2012. Cela passera inévitablement par une victoire sur l’épreuve des poteaux face à Laurent et Claude. Personne ne doute vraiment que ces deux derniers se choisiront mutuellement pour aller en finale, et ainsi être départagés par les membres du jury final.

On prend en tout cas les paris : on ne reverra pas de sitôt Koh-Lanta le mardi soir. Ni une édition All-Stars, qui est sans doute arrivée (provisoirement) au bout de son concept.