Parfois il suffit d’une seule expérience pour se trouver une nouvelle vocation et voir sa vie prendre une autre direction. Ce n’est pas Victoria Bluck, étudiante en photographie originaire de Bruxelles, qui dira le contraire. À la base, la jeune femme de 17 ans ne se destinait pas à une carrière de comédienne. Mais, un casting pour "Le Jeune Ahmed", film aux multiples récompenses des frères Dardenne, a tout changé. “Ce sont eux qui m’ont mis le pied à l’étrier. Et, j’ai envie de dire : “Merci les frères !". "Quand on participe à un de leur film, on fait un peu partie de la famille”, explique Victoria Bluck.

Depuis deux semaines, c’est dans "Coyotes", nouvelle série de La Une, sorte de thriller autour du scoutisme, que les téléspectateurs peuvent admirer le talent de la jeune Belge. Elle y interprète Panda, une sous-chef scout au caractère bien différent du sien. “C’est une jeune fille très croyante. Elle pense toujours que son dieu la regarde et réfléchit beaucoup. Elle a aussi peur de se mouiller et d’être entraînée dans des histoires étranges”, explique la comédienne avant d’ajouter avoir tout de même eu une grande liberté en ce qui concerne son rôle.Les réalisateurs nous ont laissés apprivoiser nos personnages respectifs. Chacun a pu donc y apporter un peu de lui-même. Et, cela a engendré quelques modifications au niveau du scénario parce qu’on connaissait tellement bien notre personnage qu’on savait ce qu’il était capable de faire ou pas, ce qui lui ressemblait ou pas.

“Les enfants et les adultes  s’y reconnaissent”

Avec près de 300.000 téléspectateurs lors de son lancement, le 16 mai dernier, "Coyotes" a, elle, timidement réussi, à apprivoiser son public et espère bien continuer sur sa lancée afin de voir se profiler une deuxième saison. “ Je pense que la force de cette série réside dans ses personnages. C’est assez rare de voir des jeunes et non des adultes au milieu de l’intrigue” , explique Victoria Bluck en soulignant que le public touché est donc plus large. Les enfants peuvent s’y reconnaître mais également leurs parents qui replongent dans leurs souvenirs.