Voo dit avoir raflé jusqu’à 56 matches des Rouches sur 60. Belgacom dément fermement. Qui a raison ? Balle au centre.

Dans la rixe Belgacom/VOO, on commence à ne plus avoir assez de dix doigts pour compter les coups. Il va pourtant falloir ressortir le boulier, vu le dernier punch du câblo wallon.

L’info brute, parue dans les médias hier ? VOO récupèrerait (quasi) tous les matches du Standard. Initialement, la filiale de Tecteo devait se contenter de 22 des matches du Onze de Sclessin sur les 30 de la phase classique du championnat, et de 26 sur les 30 des Playoffs. VOO aurait augmenté ce ratio, tout en s’offrant aussi la friandise du Standard en matches de préqualifications en Champions League et en Europa League. Certains sites de médias s'emballaient : “Tout le Standard en exclusivité sur VOO” , lisait-on ici et là. Vraiment ? Pas si vite...

Petit rappel préalable des faits. Contractuellement, le détenteur du lot 1 peut choisir maximum 15 matches d’un même club sur la phase classique. Et celui du lot 2, maximum 5. Comme VOO – via Telenet – s’est offert ces deux packages, la firme avait théoriquement le droit de s’auto-octroyer 20 matches du Standard, plus les deux de fin de phase classique, où tout se joue simultanément. Ce qui garantissait au détenteur du lot 3 - Belgacom - le solde des (huit) matches des ténors que VOO n’a pas le droit de diffuser. De quoi valoriser le foot belgacomien, qui plus est gratuit.

A priori, ceci était inaltérable. Une seule clause permettait de le contourner : qu’un diffuseur trouve un accord ET avec le club qui souhaite redispatcher ses rencontres, ET avec la Pro League. VOO, fièrement floqué sur la vareuse (puis le short) des Rouches , n’a pas eu grand mal à conclure ce deal avec le club de Roland Duchâtelet. Et pour la Ligue ? Nettement moins fingers in the nose , mais l’organe aurait cédé. Conclusion ? Belgacom perdrait le Standard pour les trois prochaines saisons, à l’exception de quatre matches des PO. Ça, c’est la version VOO. Qui nous jure, main sur le cœur, qu’accord (et vote) il y a bien avec la Ligue.

Du côté de Belgacom, la cloche sonne très différement. Dans les graves, très agacés. “Selon nous, la Ligue n’a jamais donné son accord pour que VOO diffuse tous les matches du Standard. VOO a tenté un coup de com’, comme elle les multiplie ces jours-ci. Nous avons confiance en le jugement de la Pro League, dont on pense qu’elle ne viderait pas le lot 3, dont Belgacom est à ce jour le seul propriétaire pour la saison à venir, de sa substance.”

Qui dit vrai ? Cette fameuse clause existe, et permet bien à un club de dealer avec un opérateur, sous l’arbitrage de la Ligue. Mais elle a surtout été pensée pour trouver une échappatoire le jour où les matches de coupes d’Europe ou des Diables mettent le boxon dans le calendrier. En faire une loi absolue pour l'intégralité des matches d’un club, la Ligue n’aurait pas osé. Mais elle a tout de même abondé dans le sens de VOO, puisque vote il y a eu. Mais aucunement pour l’intégralité des matches rouches .

Enfin, si VOO prend 15 des 55 millions annuels du contrat télé, Telenet en assume près de 35 seul. Et s’il se murmure que certains chez Telenet (qui n’a pas forcément envie d’imposer à sa clientèle surtout flamande le Standard à chaque journée) sont excédés par le passement de jambes de VOO...

Bref : tous les matches du Standard ne sont pas dans l’escarcelle de VOO. Ce serait un argument commercial malhonnête que, d’ailleurs, VOO n’a jamais utilisé, brut de décoffrage, dans sa com’.

En revanche, si Telenet, qui vient d’acquérir le lot 3 non-exclusif au même prix que Belgacom, obtient le droit de diffuser tous les matches dès cette saison (une demande en ce sens est à l’étude à la Pro League et au Conseil de la Concurrence), nul doute, VOO emboîtera le pas. Là, le match du foot télévisé , et en Flandre, et en Wallonie, serait définitivement plié pour Belgacom, qui capitalise déjà sur d’autres... terrains. D’ici là, chaussez vos protège-tibias, il paraît que la guerre des tackles, ce n’est que la mi-temps.



© La Dernière Heure 2011