Anderlecht






Un lifting de l'extrême

Le mercato anderlechtois se résume en deux mots : Vincent Kompany. Son arrivée a tout changé. En le nommant joueur/manager, Marc Coucke a attiré l’un des meilleurs défenseurs du monde mais aussi un coach débutant au carnet d’adresses bien garni, grâce notamment à onze années passées en Premier League parmi l’un des clubs les plus riches.
Même si Michael Verschueren et Frank Arnesen gèrent les transferts, beaucoup de joueurs sont venus par et pour Kompany. Philippe Sandler, Nacer Chadli, Samir Nasri et Kemar Roofe ne seraient pas au Sporting si le banc était occupé par un entraîneur classique du championnat de Belgique.
Il fallait passer par là pour relancer un club qui s’enfonçait doucement mais sûrement vers une certaine forme de médiocrité. Dribblé et lâché par Bruges, Genk et le Standard. Kompany a donc décidé de faire un grand ménage dans le noyau : 19 joueurs sont partis pendant l’été. Et certains comme Trebel, Saief et Didillon, ne doivent plus espérer grand-chose de cette saison.
L’idée du RSCA est maintenant simple : faire confiance aux meilleurs jeunes en les entourant et en les guidant par quelques garçons expérimentés. Façon Ajax. Une nouvelle philosophie qui exige de la patience, notamment de la part d’un public fort gâté ces dernières années. Le titre n’est plus un must. L’objectif est d’abord de se requalifier pour l’Europe.

Le transfert-clé

Hendrik Van Crombrugge

Text de remplacement

Difficile de choisir un homme parmi tous les grands noms qui sont arrivés. Le vrai transfert-clef, c’est évidemment Vincent Kompany, à la base de cette nouvelle philosophie. Mais, malgré Nasri, Chadli, Sandler ou les 8 millions de Vlap, on a choisi Hendrick Van Crombrugge.
Pourquoi ? Parce qu’il représente parfaitement la volonté de Kompany d’aller au bout de ses idées tactiques. Celles que Pep Guardiola lui a transmises au fil des années. En constatant que Thomas Didillon n’était pas le gardien qui pourrait rassurer l’équipe par son jeu aux pieds, le manager/joueur n’a pas fait de sentiment : il est allé chercher le portier d’Eupen (et quatrième dans la hiérarchie des Diables) pour trouver cette stabilité indispensable dans son système. Le gardien est quasiment un footballeur comme un autre pour Kompany. Il doit pouvoir jouer comme les 10 autres. Avec l’idée qui l’obsède en toile de fond : créer le surnombre partout sur le terrain. Et tant pis pour Didillon.

Christophe Franken

Arrivées
Vincent Kompany (Manchester City)
Hendrik Van Crombrugge (AS Eupen)
Kemar Roofe (Leeds United)
Nacer Chadli (AS Monaco)
Derrick Luckassen (PSV)
Michel Vlap (Heerenveen)
Samir Nasri (Libre)
Philippe Sandler (Manchester City)
Départs
Ivan Santini (Jiangsu Suning FC)
Bubacar Sanneh (Goztepe Izmir)
Sebastiaan Bornauw (FC Cologne)
Abdoul Karim Dante (Union SG)
Sven Kums (La Gantoise)
James Lawrence (FC Sankt Pauli)
Mohammed Dauda (Esbjerg fB)
Kristal Abazaj (FK Kukesi)
Dennis Appiah (Nantes)
Silvère Ganvoula (Bochum)
Ilias Moutha Sebtaoui (libre)
Ivan Obradovic (libre)
Boy de Jong (libre)
Kara Mbodji (Al Sailiya)
Ognjen Vranjes (AEK Athènes)
Aristote Nkaka (Santander)
Antonio Milic (Santander)
Hannes Delcroix (RKC Walwijk)
Josué Sa (Huesca)
Olivier Dhauholou (Waasland-Beveren)
L'avis de Teklak

"Le mercato aurait dû débuter beaucoup plus tôt, qu'il soit entrant ou sortant. Vu la période instable dans laquelle ils se trouvent avec l'arrivée de Kompany, cela aurait évité de compliquer leur situation… Ils ont écrémé une partie des excédentaires mais il en reste une petite partie. On a senti que Michael Verschueren avait sans doute un peu trop de chats à fouetter, entre l'arrivée de Kompany, la formation du staff, la gestion des transferts sortants. Ce n'est pas par hasard que la porte a été rouverte à Mogi pour recaser des indésirables. Sans leur jeter la pierre, la situation n'était pas évident à gérer. Ils ont quand meme réussi des coups fumants mais ils sont tous accompagnés de points d'interrogation. Des gars comme Nasri ou Chadli viennent plus pour Kompany que pour le club. Ca a des bons mais aussi des mauvais cotés. Le fait de n'avoir que deux compétitions à jouer permettra sans doute aux Mauves de mieux préparer certains matches, ce qui ne sera pas un luxe au vu du changement de cycle. "

N. Ch.

equipe-anderlecht