CORENDON-CIRCUS

On aurait tendance à l’oublier mais la Corendon-Circus est une équipe pro continentale belge. Il est vrai que la quasi entièreté de l’effectif est axée autour du cyclo-cross et plus particulièrement du champion du monde de la spécialité: Mathieu van der Poel. Le Néerlandais cristallise de nombreuses attentes autour de lui après son hiver d’extra-terrestre. Il a simplement dominé de la tête et des épaules la saison de cyclo-cross. Pour la saison des classiques, il sera entouré par des garçons comme Dries De Bondt, Joeri Stallaert, Lasse Norman Hansen, ou encore les cyclo-crossmans Tom Meeusen et Gianni Vermeersch. L’autre surprise du chef se nomme… Stijn Devolder. Le double vainqueur du Tour des Flandres, à 39 ans, a signé un contrat d’une saison avec la Corendon-Circus. Nul doute qu’il donnera ses nombreux conseils aux jeunes pousses et surtout à Mathieu van der Poel. Devolder reste tout de même sur 3 abandons à Gand-Wevelgem, au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix. Il ne pouvait quitter ses classiques pavées sans un dernier tour d’honneur bien plus méritant.

Zoom sur…
Text de remplacement

Mathieu van der Poel

Qui d’autre que lui ? Le récent champion du monde de cyclo-cross a été un véritable “cannibale” cet hiver, réussissant la performance de faire meilleure impression que l’ogre Sven Nys dans les labourés. Oui, son concurrent Wout Van Aert a passé un été tourmenté et n’était pas en grande condition mais non, cela ne remet pas en cause son parcours étincelant. Le Néerlandais va maintenant se focaliser sur les classiques pavées. Comme la Corendon-Circus roule sous pavillon belge, il sera quasiment sur toutes les classiques importantes du calendrier. Le vice-champion d’Europe sur route a plus d’un atout dans sa manche. Véritable artiste sur le vélo à l’instar d’un Peter Sagan, il allie puissance et endurance et est en plus doté d’une belle pointe de vitesse. L’an dernier, il n’avait pris part à aucune classique flandrienne, ce sera donc une nouveauté pour lui. La logique voudrait que le petit-fils de Raymond Poulidor ne soit pas, déjà, en haut de l’affiche sur les pavés. Mais Mathieu van der Poel a défié toute logique ces dernières semaines.