WALLONIE-BRUXELLES


Cet hiver a été synonyme de petite révolution du côté de la Wallonie-Bruxelles. Neuf départs pour sept arrivées dans le noyau de cette équipe Continental Pro. Au rayons des sorties, Christophe Brandt a vu partir du lourd avec Alex Kirch, Maxime Vantomme ou encore l’inoxydable Sébastien Delfosse. Pour se renforcer, les Wallons ont opté notamment pour trois jeunes coureurs venant directement de l’équipe AGO-Aqua Service (Molly, Taminiaux et Wirtgen). LA recrue hivernale se nomme, sans aucun doute, Baptiste Planckaert. Après deux saisons mitigées en World Tour du côté de la Katusha-Alpecin, le Belge est revenu à ses premières amours. On sera très curieux de voir l’évolution d’un Franklin Six. Après une saison d’apprentissage dans l’antichambre de l’élite du peloton, le neveu d’un certain Frank Vandenbroucke va, on l’espère en tout cas, revenir avec les crocs. Les expérimentés Kevyn Ista et Kenny Dehaes seront une nouvelle fois des cartouches très intéressantes pour la Wallonie-Bruxelles. A 34 ans, Dehaes a encore remporté la saison dernière le Grand Prix de Denain avec malice. Le Français Justin Jules, 5e de Kuurne-Bruxelles-Kuurne l’an dernier, a plus qu’envie d’en découdre pour ce qui sera sa 3e saison avec la Wallonie-Bruxelles.

Zoom sur…
Text de remplacement

Baptiste Planckaert

Après deux saisons en World Tour, le Belge Baptiste Planckaert revient presque au bercail. Le bilan lors des années passées au sein de la Katusha-Alpecin est mitigé, voire négatif. Le Belge n’a jamais levé les bras et a dû se contenter de quelques petites placettes sur le Giro, à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, au Tour Down Under ou encore à la Nokere Koerse. Le “deal” semble, sur papier, gagnant-gagnant pour les deux parties.  D’un côté, la Wallonie-Bruxelles récupère un vrai bon sprinteur, capable de claquer des victoires sur le circuit Europe Tour, de l’autre côté Planckaert peut prouver qu’à 30 ans, il est loin d’être fini. “J'ai eu l'occasion de rouler deux ans chez Katusha et d'ainsi découvrir un grand tour, le Giro, ainsi que les grandes classiques” , a-t-il affirmé il y a quelques semaines. “Mais, dès que je suis revenu chez Wallonie-Bruxelles, je me suis retrouvé à la maison. Après deux ans dans le World Tour, je sens que mon moteur est plus gros.”