La collecte était organisée par Jérémy Lenaerts, transfusé à 47 reprises il y a un an

GREZ-DOICEAU Samedi, 13 h, en la maison communale de Grez-Doiceau. Les infirmiers et médecins de la Croix-Rouge s’apprêtent à vivre une après-midi mouvementée alors que les premières personnes entrent dans la salle du conseil et s’allongent sur les lits de camp.

On leur enfonce une aiguille dans un de leur bras et le précieux liquide rouge coule dans une poche d’un demi-litre, installée sur un balancier. Cinq minutes plus tard, ils se relèvent et d’autres personnes prennent leur place.

Ce va-et-vient aura duré toute l’après-midi. Au plus grand bonheur des organisateurs de cette collecte exceptionnelle qui aura permis de récolter, au total, 191 poches de sang.

Beaucoup de monde est venu , se satisfait Jérémy Lenaerts, le jeune Grézien à l’origine de cette collecte, et qui dû subir 47 transfusions sanguines en un mois, après avoir contracté une maladie auto-immune provoquant l’autodestruction de ses globules rouges, il y a un an. C’est la preuve que les gens peuvent être solidaires. Mais qu’il faut aussi les inciter à venir faire ce geste.”

Guillaume, 28 ans, effectuait la démarche pour la première fois, comme 142 autres personnes venues ce samedi. Pas très à l’aise au début, il s’est vite rendu compte que donner son sang était loin d’être un calvaire.

“C’est important de le faire , explique-t-il. Pour les autres et pour soi-même, car on ne sait jamais ce qui peut arriver. Si personne ne le fait, on n’aura pas assez de sang pour soigner les accidentés ou les personnes malades. C’est la raison pour laquelle je donnais mon sang pour la première fois.”

D’autres sont plus réguliers. Sophie, 34 ans, donne ainsi son sang depuis sa majorité. “C’est un geste qui s’est transmis de génération en génération , confie-t-elle. Mes grands-parents donnaient, puis mes parents. Désormais, c’est mon tour. Je ne donne pas d’argent aux associations car je ne sais pas où ça va. Par contre, mon sang, je sais qu’il sera utile pour sauver d’autres personnes.”

Habituellement, seules 35 poches de sang sont récoltées lors des collectes trimestrielles de la Croix-Rouge de Grez-Doiceau pour un total de 600 sur l’année pour l’ensemble de la section des Ardennes brabançonnes. La collecte organisée par Jérémy et Philippe Lenaerts lui aura donc apporté une aide précieuse.



© La Dernière Heure 2010