Un Brainois devient champion d’Europe de Pâtisserie !

Arnaud Szalies a remporté le titre à Genève, avec trois coéquipiers.

Y. N.
Un Brainois devient champion d’Europe de Pâtisserie !

Lorsqu’il a ouvert sa pâtisserie du côté de Braine-l’Alleud, en 2013, Arnaud Szalies ne pensait sans doute pas qu’il deviendrait champion d’Europe trois ans plus tard. C’est pourtant ce titre qu’il a obtenu, dimanche à Genève (Suisse), en compagnie de l’Ixellois Nicolas Arnaud, David Redon (Binche) et Mathieu Dierinck (Wieze).

Les quatre hommes affrontaient sept autres pays : six nations européennes (Danemark, Espagne, Russie, Suède, Suisse et Turquie) et un pays invité, le Liban. Ensemble, ils devaient sculpter une pièce de chocolat d’1,2 m de haut sur 60 cm de large et de profondeur, une pièce en sucre artistique des mêmes proportions ainsi qu’une dizaine d’entremets et desserts au chocolat. "Le tout en à peine 5 heures", confie Arnaud Szalies. "C’est très court et très difficile, tant sur le plan mental que physique."

S’il le pâtissier brainois n’a officiellement pas pris part à la confection des desserts, ses deux acolytes n’auraient sans doute pas pu gagner sans lui : c’est lui qui leur a servi de coach. "J’aime bien les concours et j’ai une bonne expérience en la matière", confie celui qui a remporté la médaille d’or de sculpture sur glace lors de la coupe du monde pâtisserie organisée à Lyon, en 2013. "Je suis toujours partant pour les concours. Mon corps annonce 43 ans mais je n’en ai que 20 dans la tête."

Et lorsque les épreuves ont été annoncées aux équipes finalistes de cet Euro, il y a quelques mois, Arnaud Szalies s’est immédiatement attelé à imaginer les futures sculptures. "J’ai créé les desserts puis les ai proposés à Nicolas et Mathieu", explique celui qui a début la pâtisserie en culottes courtes et a notamment été professeur de pâtisserie durant neuf ans. "On les a alors perfectionnés. Et on s’est entraînés durement pour que les desserts proposés soient parfaits."

Ceux-ci devraient trôner en bonne place dans la vitrine du pâtissier brainois installé dans la Maison des Arts sucrés, le long de la chaussée d’Alsemberg. La victoire de dimanche ouvre la porte à la Belgique à la finale de la coupe du monde de pâtisserie qui aura lieu en janvier 2017 à Lyon.



Arnaud Szalies Gérant de la Maison des Arts sucrés, à Braine-l’Alleud "Je ne dors que 2 à 5 heures par nuit"

1 Comment êtes-vous entré dans le monde de la pâtisserie ?

" Vers l’âge de 11 ans, je me suis levé un jour et j’ai dit à mon père que je voulais être pâtissier. Il m’a dit que j’étais taré mais est parvenu à me faire entrer dans des pâtisseries. Puis j’ai suivi une formation au Ceria d’Anderlecht."

2 Vous n’avez pourtant ouvert votre établissement qu’en janvier 2013…

" J’ai effectivement fait pas mal de choses avant. J’ai été professeur de pâtisserie durant 9 ans, j’ai travaillé dans de grandes enseignes bruxelloises et j’ai également travaillé pour de grands hôtels étoilés. Puis j’ai eu envie de me lancer pour travailler pour mon propre compte."

3 C’est contraignant ?

"Celui qui veut des horaires corrects ne doit pas se lancer dans la pâtisserie. Je ne dors par exemple que de 2 à 5 heures par nuit. C’est un métier difficile, très contraignant surtout dans les grosses périodes telles que les fêtes de fin d’année, la Saint-Valentin ou Pâques. Mais quand on aime ce que l’on fait, on ne compte pas ses heures. Le plaisir de créer, de découvrir de nouvelles saveurs et de nouvelles associations, c’est un vrai bonheur."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be