CP Bourg: 4h de négociations… pour rien!

Syndicats et direction de l'entreprise ottintoise campent sur leurs positions

Lambert Gatien
CP Bourg: 4h de négociations… pour rien!

Syndicats et direction campent sur leurs positions

Il est 5 heures, CP Bourg s’éveille. Grilles fermées. Mines fatiguées. Esprits surchauffés. Nous sommes le quatrième jour. Depuis 23 ans, de mémoire de syndicats, on n’a jamais vu ça. C’est historique. Mardi, tard dans la soirée, une énième rencontre a lieu. Autour de la table : la direction et les trois syndicats. Ces derniers dévoilent une nouvelle proposition. "Ce qu’on a présenté à notre direction c’est une nouvelle répartition de l’enveloppe sociale, expliquent d’une même voix, les trois syndicats. La direction a bien voulu l’analyser."

Le soleil se couche. Les travailleurs rentrent chez eux. Hier, la direction donne sa réponse. Elle est nette, franche : la proposition syndicale est trop élevée. "Trop élevée ? Non, mais ils se foutent de qui ? Alors que ce n’est qu’une misère pour les travailleurs cette proposition", scande un syndicaliste rouge.

17 heures : La direction annule la réunion dans l’enceinte de l’usine, de peur qu’elle se fasse séquestrer à l’intérieur. Elle propose l’hôtel Ibis de LLN. 18 heures : Rendez-vous pris dans la cité universitaire. Les négociations commencent. Personne ne veut capituler. Un jeu de chaises musicales s’installe dans les couloirs de l’hôtel. La direction discute d’un côté, les syndicats de l’autre. Puis se rencontrent. Puis négocient de leur côté. Puis se rencontrent à nouveau. Et… se quittent sans accord.

Pour la direction, c’est "no comment". La réunion est terminée. Il est 22 heures, mercredi, CP Bourg s’endort…


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be