Une action contre les violences faites aux femmes à Louvain-la-Neuve: "Les agressions sexuelles sont quotidiennes"

Un rassemblement pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes

V.F.

La crise sanitaire complique l’organisation des rassemblements et des manifestations mais pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, plusieurs collectifs ont obtenu l’autorisation de mener une action symbolique, mercredi, sur la place Agora à Louvain-la-Neuve. Une action également retransmise sur les réseaux sociaux pour permettre au message de passer en ces temps de pandémie où la problématique est plus que jamais d’actualité.

« Le Covid-19 a mis en lumière une situation catastrophique, qui existe depuis des années, a d’ailleurs expliqué sur place une représentante du Collectif des Femmes. On parle de 21 féminicides en Belgique depuis le début de l’année mais combien d’autres crimes n’ont pas été reconnus en tant que féminicides ? On peut aussi y ajouter les suicides de femmes en détresse. »

Une action contre les violences faites aux femmes à Louvain-la-Neuve: "Les agressions sexuelles sont quotidiennes"
©Fifi

Les pancartes brandies par les participants évoquaient aussi les plaintes ignorées, le consentement, le patriarcat, le caractère inacceptable de la violence. Sous des fumigènes violets, 21femmes étaient symboliquement couchées sur les pavés de Louvain-la-Neuve, et se sont levées pour décliner l’identité des femmes tuées cette année par leur compagnon ou ex compagnon, en rappelant les circonstances de ces féminicides.

« Nous voulons rendre une voix à celle qu’on a voulu faire taire », explique Pauline Langouche, au nom du kot à projets féministe l’Angela. Nous revendiquons une meilleure prise en charge des victimes de violence, que cesse l’invisibilisation de ces victimes, et aussi que les policiers et d’autres acteurs de terrain soient mieux formés. Une bonne partie des femmes n’osent pas déposer plainte. »

Le tabou des violences exercées à l’encontre des personnes LGBT a également été évoqué par une représentante d’une association active dans ce domaine à Louvain-la-Neuve.

« Un acte de violence, c’est un de trop, c’est vrai. Mais la réalité, c’est que les agressions sexuelles sont quotidiennes. Comment est-ce possible encore en 2020 ? Cessons de nous taire ! », a encore protesté une intervenante lors de ce rassemblement.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be