Un peine de travail de 80h pour un Nivellois qui avait secoué son sexe devant des policiers

Le prévenu ayant reconnu ses torts, le tribunal n’a pas fait montre d’une sévérité excessive.

Un peine de travail de 80h pour un Nivellois qui avait secoué son sexe devant des policiers
©BAUWERAERTS DIDIER

Alors qu’il rentrait en train d’une nuit de réveillon plus qu’arrosée passée à Bruxelles, le 1er janvier 2019, un Nivellois de 23 ans a frappé un passager. Ses souvenirs sont plus que flous : d’après ce dont il se rappelle, c’est plutôt cet homme qui l’a bousculé à deux reprises. Alors, peut-être, c’est vrai, il s’est énervé.

La police a été appelée mais en voyant les agents sur le quai, le gaillard a pris la fuite. Il a été rattrapé dans un magasin de nuit et a été embarqué au commissariat. Mais pour cet épisode non plus, ses souvenirs ne sont pas très clairs.

Le ministère public lui a rafraîchi la mémoire lors de son passage devant le tribunal correctionnel. Dans le train, il a été sans doute bousculé mais la réalité, c’est qu’il était affalé en travers du wagon, les jambes dans l’allée centrale alors qu’un autre voyageur voulait aller aux toilettes. Le prévenu n’a pas bougé pour le laisser passer et l’autre a dû l’enjamber. Idem au retour, et c’est à ce moment-là que le Nivellois l’a insulté et l’a frappé à coups de poing.

Une fois au commissariat, lorsque les policiers l’ont fouillé comme ils doivent le faire avant de le mettre en cellule, le jeune homme a secoué son sexe devant eux en leur demandant s’ils aimaient cela…

" C’est une soirée à oublier, a-t-il résumé sur le banc des prévenus. L’interpellation a été musclée mais je reconnais mes torts et je regrette ce qui s’est passé… "

Le tribunal n’a pas fait montre d’une sévérité excessive : le Nivellois s’en tire avec une peine de travail de 80 heures.

V.F.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be