Un chauffeur de bus TEC un peu pressé fonce dans un horodateur et prend la fuite

Un chauffeur de bus TEC un peu pressé fonce dans un horodateur et prend la fuite
©EdA

Dimanche aux environs de 7h40, un horodateur fixé dans le trottoir au croisement de la rue du Cura et du troisième tronçon de la rue de Namur à Nivelles a été arraché. Un véhicule l’a heurté et si la machine penchait dangereusement en début de matinée, elle était complètement renversée dimanche après-midi. Les horodateurs ont été placés par la Ville et chaque appareil coûte environ 6 000 euros.

C'est un citoyen qui a donné l'alerte : il a vu la scène et a précisé que c'était un bus des Tec qui était en cause. Le chauffeur ne s'est pas arrêté. La police, sur place, a constaté des traces de pneus attestant que le bus était bien monté sur le trottoir. "Ce qui veut dire que cela aurait pu être un piéton", soupire le bourgmestre de Nivelles Pierre Huart.

Des contacts ont été pris dans la journée par la zone de police avec la permanence du Tec Brabant wallon, et un procès-verbal a été dressé. Le conducteur a-t-il été ébloui par le soleil en montant la rue de Namur ? A-t-il eu conscience d’avoir heurté l’appareil ? L’enquête le dira.

Voilà en tout cas de quoi faire écho à une question posée lors du dernier conseil de police par Margaux Nothomb (MR). La conseillère nivelloise avait en effet relayé les préoccupations des riverains et des usagers de la rue de Namur, face à la vitesse excessive de certains automobilistes mais aussi de quelques chauffeurs de bus lorsqu’ils montent cette voie à sens unique vers la gare. Elle avait notamment demandé si le placement d’un radar à cet endroit pourrait calmer les ardeurs de certains…

"Pas de solution"

Pour le commissaire divisionnaire Pascal Neyman, vu l'étroitesse de la rue et la configuration des lieux, il est impossible d'y placer facilement un radar : le bon fonctionnement de ces appareils de mesure nécessite un angle de vision précis, et c'est loin d'être évident à cet endroit. "Nous travaillons donc sur ce qu'on appelle une 'vitesse non adaptée', qui peut-être constatée par les policiers lorsqu'ils sont sur place", a indiqué le chef de zone.

"Certains de nos policiers le font mais l'amende est de 5 8€… Pour les bus, nous discutons avec les responsables, on leur demande de sensibiliser les chauffeurs. Avec plus ou moins de succès selon les périodes… En réalité, nous n'avons pas beaucoup de solutions, si ce n'est cette verbalisation pour vitesse inadaptée quand on constate des choses manifestes…"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be