Grez-Doiceau: La majorité répond aux accusations de machisme

L'Alliance communale évoquait un déni de démocratie, la majorité se dit blessée.

Grez-Doiceau: La majorité répond aux accusations de machisme
©D.R.

Mardi soir, le conseil communal de Grez-Doiceau a été marqué par le silence observé par les élus Alliance communale, puis interrompu par un communiqué que ceux-ci ont lu, une fois l’ordre du jour terminé, dénonçant des dérapages entre autres machistes.

Après réflexion, la majorité a décidé de s'exprimer, elle aussi par le biais d'un communiqué, diffusé vendredi et signé par le bourgmestre, Paul Vandeleene : "Nous, les groupes politiques de la majorité. Nous avons entendu en conseil communal le point de vue exprimé par l'Alliance communale, nous avons pris connaissance de l'article de presse. Nous sommes troublés par ce que nous avons entendu. Nous sommes aussi blessés. Nous réfutons fermement les allégations de machisme et le déni de démocratie. Les propos tenus par l'Alliance communale ne sont d'ailleurs aucunement étayés ni par des faits, ni par des exemples concrets. Galvauder ces termes ne sert pas leur cause. Oui, en conseil communal, il y a parfois des échanges vifs et engagés sur certains dossiers. Nous l'assumons. À partir du moment où les dossiers ne sont pas complets, ne sont pas budgétés et ne reposent sur aucune décision formelle d'un autre niveau de pouvoir, il y a lieu de se demander où est le sérieux. Pratiquer le silence ne grandit pas la démocratie." Le communiqué invite également tous les conseillers a se rendre au prochain comité éthique émanant du conseil communal. "Et surtout de venir avec des propositions concrètes pour un meilleur déroulement de nos conseils."

L’Alliance communale s’explique

De son côté, l'Alliance communale s'est expliquée vendredi sur son attitude. Et visiblement, le conseil communal précédent a laissé des traces : "Nos interventions aux points 5, 6 et 11 ainsi que la présentation de deux points que nous avions déposés ont été huées, moquées, insultées, la majorité a même fustigé violemment les personnes et nous avons été accusés de délit d'initié. Hallucinant! Leurs ego se sont déchaînés. […] La majorité a barré la route au débat de fond, au débat constructif en se plaignant, entre autres, qu'ils avaient dû travailler, chercher des informations en dernière minute […] Avec ce type de stratégie, les jeunes n'ont plus très envie d'y croire, pourtant ce sont eux que nous devons mobiliser. Nous souhaitons ne plus jamais connaître de débats stériles peu motivants."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be