La SNCB va démonter la marquise de la gare de Nivelles

Il n’y aura pas de train entre Luttre et Bruxelles-Midi le week-end des 4 et 5 juin.

La SNCB va démonter la marquise de la gare de Nivelles

L’information, donnée par la SNCB, est relayée par le site internet de la Ville de Nivelles pour lui donner l’écho le plus large possible : le week-end prochain, il n’y aura pas de train entre Luttre et Bruxelles-Midi. Organisée dans le cadre des travaux destinés à préparer l’arrivée du RER, cette interruption de la circulation ferroviaire ce samedi 4 et ce dimanche 5 juin sur la portion de la ligne 124 qui traverse le Brabant wallon sera compensée par la mise en service de bus de remplacement entre Nivelles et Bruxelles.

Les détails concernant cette solution choisie pour les voyageurs ainsi que les adaptations de trajets et d’horaires sont disponibles sur le site de la SNCB.

Quant au chantier proprement dit, c’est le site internet d’Infrabel qui permet d’en savoir plus. Si plusieurs endroits sur la ligne feront l’objet de travaux, sur les quais à Nivelles, on profitera de l’interruption du trafic pour démonter l’ancienne marquise, ainsi qu’un auvent de la gare.

Sur place, les lieux sont déjà balisés et Infrabel précise que les ouvriers seront occupés uniquement de jour (de 6 heures à 22 heures) pour ce démontage. Les riverains pourraient subir quelques nuisances le week-end prochain en raison du bruit.

La Ville voulait éviter la destruction

Mais un autre élément intrigue certains Nivellois. On se souviendra que la gare, désormais inutilisée puisque le nouveau "bâtiment voyageurs" est en service depuis quelques semaines, fait l’objet de préoccupations patrimoniales. La Ville, qui voulait éviter que le bâtiment soit démoli comme l’ancienne gare de Waterloo l’a été l’an dernier, avait écrit à la SNCB pour qu’il soit préservé.

Une motion avait même été votée en conseil communal pour demander qu’une affectation publique soit garantie, si possible avec une consultation des citoyens. On sait depuis la semaine dernière que la SNCB n’est pas prête à s’engager dans ce sens. Considérant qu’elle n’a pas vocation à gérer des bâtiments dont elle n’a plus l’utilité, elle mettra la gare en vente et c’est le futur propriétaire qui dira ce qu’il veut en faire.

Avec une limite posée par la Ville : que l'immeuble, qui a un certain cachet, soit préservé. Mais évidemment, si on commence par démonter certains éléments…"Je viens d'apprendre cette nouvelle et je trouve ça assez incroyable, commente l'échevin des Travaux Pascal Rigot. Alors que le courrier du collège à la SNCB va partir cette semaine…"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be