Les déficits risquent d’exploser pour la Province : "Ces chiffres sont plus qu’inquiétants"

Chaque année, la Province creuse un peu plus l'écart. "Et oui, nous allons devoir trouver des solutions", répond Tanguy Stuckens, président du collège provincial.

Arnaud Huppertz
collège provincial du Brabant wallon
©EdA Mathieu Golinvaux

Si rien ne change, la Province du Brabant wallon terminera les prochaines années en déficit. Un million et demi de pertes en 2023, 5 millions en 2024 et cela continuerait à grimper pour atteindre 17 millions de déficit en 2027. "Ce sont des chiffres qui donnent le tournis. Ces chiffres sont plus qu'inquiétants", s'est ému le conseiller provincial de l'opposition Olivier Vanham (Les Engagés) lors du conseil provincial de ce jeudi.

"Je suis inquiet des conséquences qu'auront indubitablement ces déficits, a poursuivi le Brainois. À quoi devons-nous nous attendre ? À la remise en question de certains projets ? À un retour sur les engagements en matière d'emploi et de fiscalité ? Ou peut-être à la disparition pure et simple mais surtout brutale d'une institution qui aura été vidée petit à petit de ses moyens de financement, puis de ses projets, et, de facto, au final de son sens ?"

Intervenant dans la foulée, le conseiller provincial Thierry Meunier (Ecolo) réclamait un "réel scanning de la plus-value des actions de la Province par rapport à sa population et à son territoire" et affirmait attendre "avec impatience" la discussion politique sur le budget 2023. La majorité MR-PS devra alors immanquablement faire des choix pour réduire, si pas gommer, les déficits à venir. Ceci alors qu'elle a déjà dit réduire fortement sa voilure financière, ces dernières années, suite à la réforme du financement des zones de secours.

Le président du collège provincial, Tanguy Stuckens (MR), en est bien conscient, "on peut s'inquiéter de l'avenir, du fait qu'on subit une inflation, que les coûts de rémunération de notre personnel augmentent très fort, que les coûts de fonctionnement augmentent très fort au regard des coûts de l'énergie, que les coûts des investissements dans nos bâtiments explosent. Tout ça peut nous faire trembler, nous inquiéter, remettre en cause notre avenir. Évidemment, il va falloir assumer, comme partout, ces inflations. Et, oui, nous allons devoir trouver des solutions."

"Il va falloir faire des choix"

La recherche de ces solutions est déjà en cours, assure Tanguy Stuckens : "Aujourd'hui, le collège dispose d'un scanning réalisé par l'administration où l'ensemble du budget provincial est décortiqué action par action. Nous avons cet outil sur la table pour pouvoir poser un certain nombre de choix." Tanguy Stuckens a promis que l'ensemble du conseil provincial serait concerté avant la confection du budget 2023, probablement à la rentrée.

"La Province est à un tournant important de son histoire. On doit pouvoir poser un certain nombre de choix pour redéfinir une Province qui continue de fonctionner de manière efficiente dans les matières dans lesquelles elle apporte une réelle plus-value. Il va falloir faire des choix. Peut-être un certain nombre de choix difficiles. Mais je suis convaincu que la majorité parviendra à présenter une perspective qui permettra à la Province de se maintenir à flot pour l’avenir et de continuer des politiques de supracommunalité importantes."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be