Polémique des hydrocarbures rejetés dans la rivière à Chastre: l'intercommunale inBW réagit

Un élu a dénoncé, au dernier conseil, une source de pollution dont le service technique est responsable depuis… plusieurs années.

Pierric Brison
Polémique des hydrocarbures rejetés dans la rivière à Chastre: l'intercommunale inBW réagit
©EDA

Le bourgmestre de Chastre Thierry Champagne avait fait part de son désarroi face à la situation évoquée par le conseiller communal Nicolas Dewitte (opposition): il n’y a pas de véritable solution pour gérer correctement le liquide qui s’écoule des boues de curage. Avec le risque de finalement déverser des hydrocarbures dans un cours d’eau derrière la ferme du Castillon.

Le mayeur avait ajouté qu'il avait demandé à l'inBW de chercher une alternative, mais que l'intercommunale n'en avait pas. "Le traitement des produits de curage des réseaux d'assainissement des eaux usées est une problématique qui nous tient à cœur depuis de nombreuses années, réagit l'inBW. Dans le cadre des travaux d'extension et de reconstruction de la station d'épuration de la vallée de la Dyle, à Basse-Wavre, de 2009 à 2013, nous avions déjà prévu la construction d'une installation de regroupement, de drainage et de traitement de ces produits."

Sauf que la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE), dont le rôle est de financer les ouvrages d’assainissement, a estimé que pour les produits du BW, la capacité était déjà suffisante en Wallonie. Avec trois sites dans le Hainaut (Marchienne, Ath, Mouscron) et un à Liège (Oupeye).

L'intercommunale a tout de même obtenu l'autorisation de réaliser des études à ce sujet. "Notre étude a été remise aux instances compétentes et, dans quelques jours, nous déposerons la demande de permis unique. Si tout se déroule comme prévu, nous espérons l'obtenir en fin d'année, ce qui permettrait de commencer les travaux au printemps prochain et de mettre notre installation en service fin 2023." Cette station sera destinée au regroupement de ces produits, mais pas au traitement.

Le site privilégié par l'inBW est la station d'épuration de Basse-Wavre. "Les camions-citernes des communes et de leurs sous-traitants pourraient y déverser les produits de curage d'avaloirs dans des conteneurs drainants. Les eaux seraient traitées sur place et la partie solide (sables, mégots, capsules, cannettes…) ne pouvant être traitée dans nos stations d'épuration, sous peine de les endommager, serait acheminée vers un des quatre centres wallons." Ou un centre privé, en cas de saturation. " Seront autorisés dans notre installation de regroupement: les produits de curage d'avaloirs, mais pas les produits de balayage de voiries, comme cité dans l'article."

Une demi-solution seulement pour l'administration chastroise. "Il est à noter que, suite aux inondations d'il y a un an, de très nombreux marchés de curage de réseaux d'assainissement ont été lancés en Wallonie. En outre, le programme de relance Get Up Wallonia! a prévu une accélération de ces curages pendant 18 mois. Ceci pourrait expliquer une actuelle surcharge des quatre installations publiques et un recours plus fréquent des communes à des centres privés. Un agrandissement de ces quatre installations publiques de traitement est à l'étude."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be