Obscurs dépeçages de plusieurs moutons à Lasne: la piste des chiens plus probable que celle d'un loup selon la DNF

Il y a peu, nous vous parlions de cas d’attaques sauvages de moutons dans l'entité brabançonne de Lasne. Depuis lors, une autre personne nous a déclaré en avoir perdu deux au mois de juin. La DNF répond.

S.C.
Obscurs dépeçages de plusieurs moutons à Lasne: la piste des chiens plus probable que celle d'un loup selon la DNF
©D.R.

En tout, ce sont quatre bêtes qui ont été sauvagement attaquées depuis le début de la période estivale du côté de Lasne. Dans l’article précédent, nous vous avions parlé de Jean-Marc dont il ne restait plus rien de son bélier, retrouvé coincé dans une clôture, mais également de Pascale, une voisine ayant perdu sa brebis moins de 24 heures plus tard.

En réaction à notre publication, un troisième habitant de la région s'est manifesté, racontant avoir perdu deux moutons à 3 semaines d'intervalle. "Au début, je n'ai pas pensé réagir, mais voyant que je n'étais pas un cas isolé, cela m'a interpellé", explique Guy.

Guy est éleveur, mais également chasseur. Face aux dégâts, aucun doute pour lui : "C'est forcément un carnassier et je ne vois pas d'autre possibilité qu'un loup."

La DNF ne crie pas au loup

Alors, un loup à Lasne? Le DNF (Département Nature et Forêt de Wallonie) nuance. Selon le bureau cantonal de Nivelles, "il est plus que probable que ces dépeçages soient l'œuvre de chiens que de loups. D'une part, les attaques – parfois cruelles – de chiens sur les moutons ne sont pas exceptionnelles. D'autre part, aucun indice fiable de présence du loup n'a encore été relevé en province du Hainaut et du Brabant wallon."

La coordinatrice du "Réseau Loup" du DNF, Violaine Fichefet, est quant à elle moins catégorique. "Il est possible qu'un loup se promène du côté de Lasne, en quête d'un nouveau territoire... comme il est possible qu'un ou plusieurs chiens de grande taille soient à l'origine de ces attaques." Et d'ajouter : "Un loup va manger 2 à 3 kilos de viande. Donc que ce soit un loup ou autre chose, tout indique que plusieurs charognards soient passés se servir l'un à la suite de l'autre par après."

Un protocole précis pour déterminer l’origine

Pour pouvoir déterminer si c'est un loup ou une autre bête qui est à l'origine d'une attaque, le DNF dispose d'une méthodologie précise et une expertise doit alors être réalisée dans les 48h. C'est pourquoi, lorsqu'un troupeau est victime d'une attaque, il est essentiel de le signaler au plus vite au "Réseau Loup". "Lorsqu'une attaque est perpétrée, il est important pour nous d'en définir l'origine. Que ce soit un chien ou un loup, il est intéressant de recenser toutes formes d'attaques afin de prévenir et de mieux contrôler l'éventuelle apparition de loups. Nous avons une soixantaine d'experts formés à cela", explique la coordinatrice.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be