On le sait, la zone de police Nivelles-Genappe est intervenue à plusieurs reprises, ce week-end, pour des actions revendicatives menées dans les deux communes. Vendredi soir au Monty, dans le cadre de Still Standing for Culture, Alain Moreau avait choisi de braver l’interdiction d’ouverture des lieux culturels et tant lui que les spectateurs ont été verbalisés. Samedi, la Lanterne avait "loué" sa terrasse tandis que le secteur horeca de Nivelles, lui, avait ouvert pour des ventes en take-away.

Au conseil de police, mardi soir, Bernard Lowenthal et Louison Renault ont interpellé le chef de zone sur le déploiement de force au Monty, qui a choqué alors qu’ailleurs, les actions de Still Standing for Culture n’ont pas créé de soucis.

Le commissaire divisionnaire Pascal Neyman a indiqué qu’il y avait une dizaine de policiers sur place parce qu’ils étaient prévus initialement pour une nuit de contrôle et qu’ils ont été redirigés vers le Monty pour faire respecter les règles de l’arrêté ministériel. Ce qui n’était pas une surprise pour le fondateur du Tof Théâtre, Alain Moreau, puisqu’il avait eu des contacts téléphoniques tant avec la zone de police qu’avec le bourgmestre de Genappe.

Au total, 34 P.-V. ont été dressés vendredi soir, mais tout s’est déroulé dans le calme, sans agressivité ni d’un côté ni de l’autre. Pour le chef de zone, le dialogue a été maintenu, chacun était dans son rôle et la verbalisation est assumée tant par la police qui doit faire respecter les règles que par ceux qui ont mis sur pied un événement revendicatif en connaissance de cause.

Samedi, à Nivelles, les visites de la police n’ont pas débouché sur des verbalisations, l’horeca ayant choisi le take-away sans vente d’alcool. À la Lanterne, une dizaine de P.-V. ont été dressés envers le gérant des lieux et les occupants de la terrasse, mais là aussi, sans incident ni confrontation violente.