Brabant wallon Il y a eu du monde pour tenter d’empêcher l’ordre de quitter le territoire des Yusufi.


Voici une bonne semaine que la mobilisation s’est activée pour venir en soutien à la famille Yusufi, qui, après deux refus, s’est vu infliger un ordre de quitter le territoire. Cette famille afghane est installée depuis trois ans à Grez-Doiceau. Les trois plus jeunes enfants sont scolarisés dans la commune, ce qui a poussé plusieurs personnes à mener des actions pour faire changer la décision via la ministre Maggie De Block.

Ce dimanche matin, une marche était programmée. Malgré une météo assez détestable, ils étaient environ 350 personnes à prendre part à l’action.

Le cortège a sillonné, au départ de l’école communale, les rues du centre du village avant de rejoindre la place communale et de terminer par quelques discours, face à la maison communale.

Tout s’est parfaitement déroulé, avec la présence de la police pour assurer la sécurité des participants. On retrouvait également une bonne partie du conseil communal. Aux yeux de certains, sans se désolidariser de la cause, le souhait est de voir les autorités aussi présentes pour les préoccupations locales à l’avenir ! Certaines voix se sont aussi élevées sur la récupération politique de certains, avec la présence, par exemple, de logos politiques…

En ce qui concerne les Yusufi, les organisateurs ont lu un courrier qui sera adressé lundi à la ministre fédérale Maggie De Block, en charge de l’Asile et de la Migration. Les sympathisants soulignent l’intégration parfaite de la famille Yusufi et rappellent les craintes de voir la famille mise en danger si elle est rapatriée en Afghanistan, évoquant leur appartenance à une minorité ethnique ciblée par les islamistes.

La pétition qui a été lancée voici quelques jours a, par ailleurs, récolté environ 1 600 signatures.