Une station d’épuration peu ordinaire inaugurée au hameau de la Hutte

GENAPPE Comment épurer un quartier très à l’écart des autres et dont la configuration ne permet pas la mise en place d’un collecteur et d’un réseau d’égouttage classique ?

C’est le problème que la commune de Genappe a résolu en optant, il y a quelques années, pour un procédé innovant mis au point par l‘ASBL Epuvaleau, exploitant le résultat de recherches menées aux facultés universitaires de Gembloux. Les études ont été relativement longues mais ça fonctionne désormais pour le hameau de la Hutte, situé à la limite de Ways et de Lasne.

Hier matin, la station d’épuration par filtres végétalisés a été inaugurée officiellement, bien qu’elle soit en fonction depuis le début de l’hiver. Elle épure les eaux d’environ 150 habitants en utilisant… des roseaux ! Sur la surface d’un terrain de football environ, plusieurs bassins contenant en tout 1.500 tonnes de graviers recueillent les eaux usées dont l’écoulement se fait par gravité.

Le filtrage dans les bassins se passe naturellement, et les quelque 5.000 plants de roseaux qui grandissent dans les graviers prélèvent la matière organique.

Avantage : un procédé écologique, nécessitant très peu d’entretien (un faucardage annuel des roseaux), et une durée de vie de vingt ans minimum.

De plus, d’après les concepteurs, les filtres végétalisés fonctionnent mieux que les stations classiques en retenant non seulement les matières organiques et les boues, mais en réduisant aussi les germes pathogènes, le phosphore et certaines molécules complexes.

L’investissement se monte à 295.000 €, avec une contribution de 50.000 € d’un promoteur qui a construit dix maisons à proximité. C’est que le système évite aux habitants les (couteux) procédés d’épuration individuelle. Par contre, la réalisation n’a pas bénéficié de subsides régionaux.



© La Dernière Heure 2010